Donate Now
Imprimer

Pourquoi défendre le Thon Rouge

... Parce que c'est une créature extraordinaire

Depuis des millions d’années, le plus incroyable des poissons au monde parcourt nos océans. Le Thon Rouge (Thunnus thynnus) est le poisson plus rapide, l’un des plus imposants et merveille de la nature, il est le seul à avoir le sang chaud… Ce qui lui permet de vivre dans des régions du globe où l'eau est très froide.

Les thons rouges font partie des plus grands prédateurs des mers – ils mangent de tout, ou presque, et pour trouver leurs proies, ils se déplacent sur de très longues distances, à des vitesses atteignant parfois les 90km/h. Certains programmes scientifiques ont démontré qu’ils se nourrissent aussi bien en surface qu’à 1000 mètres de profondeur. Il est rare d'avoir la chance d'en croiser en pratiquant la plongée car ils évoluent la plupart du temps à de grandes profondeurs.

Le Thon Rouge peut vivre jusqu’à 30 ans (!) et il atteint sa pleine maturité à 8 ans.

 

Les derniers spécimens sont aujourd'hui traqués

... Les derniers spécimens sont aujourd'hui traqués...

Pour son malheur, il est le poisson favori des restaurants de sushis à travers le monde et tout  particulièrement au Japon. C'est  la  raison pour laquelle cette espèce extraordinaire est aujourd'hui si menacée.

Récemment un Thon Rouge s'est vendu 173 000 $ (130 148€). Avec ce genre d'argument financier, il est impossible d'espérer voir le bon sens s'imposer. Les gouvernements, en raison d'une corruption omniprésente et des moyens colossaux qu'ils allouent à l’industrie de la pêche, ont quant à eux prouvé leur incapacité à mettre fin à ce carnage.

 

... Ils ont été abandonnés par les organismes gouvernementaux de protection. 

Le 18 mars dernier, lors de l’assemblée générale de la Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de Flore Sauvage Menacées  d’Extinction (CITES), les gouvernements ont rejeté l’interdiction du commerce du Thon Rouge.

La décision a été prise après que le Japon, le Canada et de nombreux pays en voie de développement se soient opposés à la mise en place de cette mesure.

Les stocks de thon rouge ont diminué d’au moins 85% depuis le début de la pêche industrielle. Les quotas de thon rouge sont fixés au seuil honteusement élevé de 13500 tonnes par la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l'Atlantique (ICCAT), mais en réalité, ce sont plus de 60 000 tonnes qui sont pêchées chaque année. La communauté scientifique estime que Le Thon Rouge est en danger critique d'extinction commerciale et biologique en Méditerranée, d'ici à 5 ans. Les quotas alloués sont trop élevés, il ne sont d'ailleurs même pas respectés et il n'y a aucune volonté politique d'agir –  scénario hélas, familier.

L’ICCAT est l’organisme gouvernemental qui fixe les quotas de pêche du thon rouge et qui détermine les lieux de capture autorisés. Cette commission est aussi efficace dans la régulation de la pêche au thon rouge que l’a été le ministère Canadien des pêches et des océans (DFO) pour superviser la surpêche de la morue au large des côtes de Terre Neuve.

Vous vous souvenez peut être que Sea Shepherd avait poursuivi avec succès une flotte de chalutiers cubains au large de Terre Neuve en 1994. Le capitaine Paul Watson avait alors été arrêté  pour obstruction à une campagne de  pêche commerciale. Quelques années plus tard, il fut acquitté, mais il était déjà trop tard pour  les morues. Les prises étaient devenues tellement faibles – 1% de leur niveau historique – que le DFO déclara la pêcherie fermée, en promettant qu’elle rouvrirait deux ans plus tard. Nous voilà 15 ans après : il y' a encore moins de morues que lors de l'entrée en vigueur du moratoire et la pêcherie est toujours fermée à la pêche commerciale.

 

L’état des pêcheries dans le monde l'exige

... L'état des pêcheries dans le monde l'exige. 

Pourquoi sauver le Thon Rouge ? Parce que toutes les pêcheries industrielles dans le monde sont en cours d'effondrement. Le capitaine Paul Watson, Fondateur et Président de Sea Shepherd estime qu’il n’existera plus aucune pêcherie industrielle d’ici trois ou quatre décennies.

 

… Parce que le sort des poissons importe à Sea Shepherd.

Nous avons toujours défendu les poissons, toutes espèces confondues. En plus d'être leurs plus fervents défenseurs, en envoyant  nos bateaux en mer protéger ces créatures laissées sans défense, nous souhaitons servir d'exemple. Découpage de filets pélagiques, destruction de filets dérivants, ces pièges mortels qui ne discernent pas  les thons des dauphins, poursuite de chalutiers, etc... Sea Shepherd utilise de nombreuses méthodes d’action directe pour enrayer la surpêche dans nos océans.

Lisez l’histoire des campagnes de défense des poissons menées par Sea Shepherd