Sea Shepherd assiste les garde-côtes libériens dans l’arrestation d’un navire cargo pour commerce illégal de poisson

Mercredi 2 janvier 2018

Pendant la période de Noël, les garde-côtes libériens, secondés par l’équipage de Sea Shepherd, ont arrêté le Hai Feng 823, un navire cargo frigorifique de 74 mètres, battant pavillon chinois, impliqué dans des activités illégales, alors qu’il tentait de décharger une cargaison de poisson transbordé dans le port de Monrovia, en Afrique de l’Ouest.

Le Hai Feng 823 abordé par les garde-côtes libériens. Photo: Nicole Schafer/Sea ShepherdLe capitaine du Hai Feng 823 interrogé par la Garde côtière libérienne. Photo: Nicole Schafer/Sea ShepherdChargement de poisson à bord du Hai Feng 823. Photo: Nicole Schafer/Sea ShepherdLe Hai Feng 823 retenu à l’extérieur du port de Monrovia. Photo: Nicole Schafer/Sea ShepherdLe capitaine Alistair Allan sur le pont du Hai Feng 823. Photo: Nicole Schafer/Sea ShepherdLe Hai Feng 823 retenu à l’extérieur du port de Monrovia. Photo: Nicole Schafer/Sea Shepherd

Le transbordement, qui consiste à transférer le poisson d’un navire à un autre, est souvent réalisé en mer entre des bateaux de pêche et des cargos frigorifiques, mais parfois aussi pour brouiller l’origine des poissons pêchés illégalement par d’autres navires.

Le M/V Hai Feng 823 avait auparavant procédé à des transbordements avec deux autres navires qui ont été arrêtés : le M/V Lian Run appréhendé pour fraude fiscale et douanière par les garde-côtes libériens aidé par Sea Shepherd le 21 mars 2017, et le bateau de pêche (F/V) Seta 70, arrêté par la Garde côtière libérienne le 22 juillet 2011 pour pêche sans licence dans les eaux du Libéria. Le M/V Hai Feng 823 s’est également vu refuser l’accès au port de Las Palmas, Canaries.

L’équipage du navire Sam Simon de Sea Shepherd a prêté main forte aux garde-côtes libériens pour aborder le M/V Hai Feng 823 à l’aide des deux bateaux semi-rigides de Sea Shepherd.

Au cours de l’inspection, le capitaine du M/V Hai Feng 823 a présenté aux garde-côtes libériens un document officiel indiquant que le navire contenait 21 409 caisses de poisson.

Les garde-côtes ont néanmoins découvert, dissimulés dans un bureau, des papiers non officiels qui indiquaient qu’il y avait en réalité 25 459 caisses de poisson à bord, soit une différence de plus de 8 tonnes de poisson.

"Les navires impliqués dans des délits fiscaux et douaniers conservent souvent deux jeux de papiers à leur bord : un faux, qui est présenté aux autorités pendant les inspections et un autre, conforme au chargement, qui est transmis à l’entreprise qui gère le bateau mais pas aux autorités. Présenter de faux documents aux garde-côtes est un délit grave au Libéria", a déclaré l’Honorable Daniel Ziankahn, ministre de la Défense nationale du Libéria.

Une lettre officielle de la Sierra Leone a également été présentée aux garde-côtes libériens, autorisant le M/V Hai Feng 823 à exporter 24 000 caisses de poisson qui avaient été prétendument transbordées dans les eaux de Sierra Leone. Cela signifie que la quantité de poisson transportée par le Hai Feng 823 dépasse l’autorisation accordée par la Sierra Leone, son dernier port d’enregistrement.

Le M/V Hai Feng 823 a été arrêté sur soupçon de mensonge à un agent de la Garde côtière du Libéria, présentation de faux documents et préméditation de fraude fiscale et douanière au Libéria.

"Les navires cargo réfrigérés sont des contributeurs majeurs à la pêche illégale car ils sont utilisés pour blanchir les prises des opérateurs illégaux. Dans ces congélateurs des mers, les prises légales peuvent être mélangées aux prises illégales et leur origine peut être impossible à déterminer. Il est plus facile de blanchir du poisson que l’argent. Dans ce combat contre la pêche illégale, il est donc important de fermer les ports aux opérateurs douteux. L’arrestation du M/V Hai Feng 823 envoie un message clair : les ports du Libéria sont interdits aux trafiquants de poisson", explique Alistair Allan, capitaine du Sam Simon.