Le plus grand navire-usine au monde arrêté et saisi au Pérou avec l'aide de Sea Shepherd

Jeudi 31 mai 2018

L'étau se resserre sur le Damanzaihao, un bateau pirate notoire, empêché de quitter le Pérou sans avoir payé ses amendes et de reprendre le massacre de plus d'un demi-million de tonnes de poisson par an.

Chimbote, Pérou, 31 mais 2018 - Des agents du ministère de l’environnement du Pérou ont arraisonné et saisi le navire pirate Damanzaihao la nuit dernière sur la base d’’une enquête criminelle fédérale pour pêche illégale. Suivant une requête formelle du Ministère de l’environnement, le bureau du Procureur de l’environnement a ordonné la détention du navire dans l’attente des suites de l’enquête.

Les activités criminelles du Damanzaihao avaient déjà été mises en évidence par une condamnation en 2016 à plusieurs millions de dollars d’amende, restés à ce jour impayés. De plus, les autorités péruviennes ont également accusé le Damanzaihao de polluer l’environnement marin par ses rejets illégaux de fluides et d’effluents lors de son mouillage à Chimbote.

La semaine dernière, le Damanzaihao a demandé à deux reprises la permission de quitter le port, tentant vraisemblablement de se soustraire à la pression judiciaire. Le 20 avril 2018, Sea Shepherd a remis une lettre officielle au Ministère péruvien de la production (qui a infligé l’amende de plusieurs millions de dollars), afin que le gouvernement prenne des précautions supplémentaires afin de s’assurer que le navire paie pour ses crimes.

Procureur de l’environnement et agents de la garde côtièreProcureur de l’environnement et agents de la garde côtière

Le Damanzaihao est le plus grand navire-usine du monde. Il est capable de traiter 547 000 tonnes de poisson par an.

Le John Paul DeJoria de Sea Shepherd était récemment dans les eaux péruviennes pour enquêter et collecter des renseignements afin d'assister le gouvernement péruvien dans sa lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN).

Bien que le Damanzaihao ait changé son pavillon du Pérou pour celui de Bélize alors qu'il était ancré dans les eaux péruviennes, le Pérou a adopté une position ferme pour traduire le Damanzaihao en justice. D'après le code pénal péruvien, une condamnation se traduit par une peine de prison de 3 à 5 ans. Sea Shepherd salue l'implication du Pérou dans la lutte contre la pêche INN et continue d'apporter son soutien à ce pays pour aider à mettre fin à la surexploitation galopante des océans.

La Commission européenne avait auparavant infligé un “carton rouge” au Bélize pour son manque d'implication à l'encontre de la pêche INN. La sanction ayant été levée, le Bélize doit désormais prendre des mesures immédiates pour ne plus autoriser le Damanzaihao à utiliser son drapeau et le laisser ainsi détruire les écosystèmes marins à travers la planète.

En arrêtant et en saisissant ce destructeur des océans, le gouvernement péruvien fait preuve de fermeté et travaillera désormais en collaboration avec Sea Shepherd, à ce que le Damanzaihao ne puisse, à l’avenir, plus poursuivre ses activités criminelles.

Le procureur fédéral de l'environnement et des agents de la garde-côtièreLe procureur fédéral de l'environnement et des agents de la garde-côtière