Franc succès pour l’Opération Sola Stella II de Sea Shepherd en collaboration avec le gouvernement libérien

Vendredi 8 juin 2018

Douze mois de patrouille et douze arrestations : ce sont les résultats de la deuxième opération conjointe de Sea Shepherd avec le ministère libérien de la Défense nationale pour lutter contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) en République du Libéria, en Afrique de l'Ouest. Grâce à cette campagne, les incidents de pêche illégale ont connu une baisse spectaculaire et des populations de poissons ont pu réélire domicile dans les eaux côtières auparavant surexploitées.

Le Sam Simon, patrouilleur de Sea Shepherd, et le Labiko 2. Photo de Melissa Romao/Sea ShepherdAilerons de requins découverts sur le navire de traitement d'huile de foie de requin, le Labiko 2. Photo de Alba Treadwell/Sea ShepherdAilerons de requins découverts sur le navire de traitement d'huile de foie de requin, le Labiko 2. Photo de Alba Treadwell/Sea ShepherdAilerons de requins découverts sur le navire de traitement d'huile de foie de requin, le Labiko 2. Photo de Alba Treadwell/Sea ShepherdLes garde-côtes libériens et l'équipe de presse de Sea Shepherd à bord du Labiko 2. Photo de Melissa Romao/Sea ShepherdCorps de requins découverts sur le Labiko 2. Photo de Alba Treadwell/Sea ShepherdLes garde-côtes libériens à bord du petit bateau de Sea Shepherd à l'approche du Hai Lung. Photo de Yagazi Emezi/Sea Shepherd

Avant que l'Opération Sola Stella ne démarre au début de l'année 2017, la communauté de pêche artisanale de Harper, une ville libérienne située à la frontière avec la Côte d'Ivoire, signalait presque quotidiennement des incursions de chalutiers industriels étrangers pêchant illégalement. Ces incursions ont cessé après l'arrestation de cinq navires de pêche INN, dont un chalutier crevettier néerlandais battant pavillon nigérian, certifié exportant des crevettes "pêchées de façon durable" vers les États-Unis. Selon les pêcheurs artisanaux de Harper et Robertsport, à la frontière entre le Libéria et la Sierra Leone, le poisson revient aujourd'hui s'établir dans des zones qui ont été décimées par le passé.

"Les patrouilles ont eu l'effet dissuasif recherché", a déclaré le directeur de campagnes, Peter Hammarstedt. "Sea Shepherd est très fier de son partenariat avec le ministère libérien de la Défense nationale. Il s'agit d'un exemple historique de ce qui peut être accompli en collaboration avec le gouvernement et la société civile pour combattre la pêche INN."

Suivant les traces du succès de la première campagne menée de février à mai 2017, l'Opération Sola Stella II est revenue pour huit mois de patrouille en mer supplémentaires de septembre 2017 au 25 mai 2018. Au cours de cette opération, deux navires de Sea Shepherd, le Bob Barker et le Sam Simon, ont navigué en alternance, donnant ainsi lieu à la plus longue période de patrouille à ce jour.

Au cours de ces patrouilles, sept autres arrestations ont été effectuées par les garde-côtes libériens avec l'aide de Sea Shepherd, y compris celle de deux navires de pêche INN inscrits sur la liste noire internationale : le Labiko 2 et le Hai Lung.

Lorsque le Labiko 2 a été arraisonné et inspecté dans les eaux libériennes le 15 novembre 2017, on a découvert que le navire, alors qu'il portait encore le nom de Maine, figurait sur trois listes noires INN de l'organisation régionale de gestion des pêches (ORGP) pour des infractions internationales. Au moment de l'arraisonnement, le célèbre braconnier déployait des filets maillants – pratique interdite – afin d'approvisionner l'installation secrète de production d'huile de foie de requin qui se trouvait à bord du navire. Des documents saisis à bord prouvent que le navire était à l'origine de la mort de plus de 66 000 requins des grands fonds à chaque expédition de pêche, soit plus de 500 000 requins morts par an. L'arrestation et la détention du Labiko 2 ont par conséquent sauvé la vie de plus de 250 000 requins.

Le Hai Lung, un braconnier de légines tristement célèbre et mieux connu sous son ancien nom, le Yele, a été arrêté le 13 mars 2018, après que le capitaine a présenté aux garde-côtes libériens de faux documents prétendant que le navire battait pavillon indonésien. Or, les bases de données du ministère indonésien des Affaires maritimes et des Pêches ne contenaient aucun enregistrement de ce navire. Ce faux certificat de nationalité faisait donc du Hai Lung un navire "sans nationalité", susceptible d'être saisi n'importe où, y compris en haute mer. Il a par la suite été découvert que le Hai Lung était un navire fugitif, échappé de sa détention au Nigeria.

Cinq autres navires ont été arrêtés pour une longue liste d'infractions, dont la pêche sans permis, la contrebande d'espèces sauvages et l'évasion fiscale et douanière.

À propos de l'Opération Sola Stella et des campagnes de Sea Shepherd pour mettre un terme à la pêche INN

Lancée en février 2017, l'Opération Sola Stella est la première campagne d'une opération conjointe entre Sea Shepherd et le gouvernement libérien pour lutter contre la pêche INN. Pour l'occasion, Sea Shepherd a fourni un patrouilleur civil côtier opérant dans les eaux libériennes sous la direction du ministère libérien de la Défense nationale. Les pays en développement sont particulièrement vulnérables face à la pêche INN. À l'heure actuelle, elle comptabilise 40 % de la pêche dans les eaux ouest-africaines.

L'Opération Sola Stella s'inscrit dans le prolongement de l'engagement de Sea Shepherd Global à travailler activement avec les gouvernements nationaux et leurs organismes d'application de la loi dans la lutte contre la pêche INN. En 2016 et 2017, Sea Shepherd s'est associé au gouvernement gabonais dans le cadre de l'Opération Opération Albacore au cours de laquelle ont été effectuées plus de 80 inspections en mer et l'arrestation de six navires. En 2018, Sea Shepherd a débuté l'Opération Jodari avec des patrouilles contre la pêche INN dans les eaux tanzaniennes en partenariat avec les autorités tanzaniennes de pêche hauturière, la marine tanzanienne, l'agence tanzanienne pour le contrôle des stupéfiants, une équipe d'intervention multi-agences (la MATT, Multi-Agency Task Team) et Fish-i Africa.