Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Mercredi, 05 Octobre 2011 07:26

Lettre ouverte à la communauté surf réunionnaise

Commentaire du Capitaine Paul Watson

J’ai été surfeur, j’ai travaillé avec des surfeurs toute ma vie et j’ai toujours pensé que la communauté surf constituait un lien humain essentiel avec nos océans. Les surfeurs ressentent la mer, ils la connaissent, ils en sont les ambassadeurs. La majorité des surfeurs que je connais a toujours compris cette connection et est consciente de cette vérité écologique: si les océans meurent, nous mourrons tous.

Les Polynésiens, depuis les origines du surf, ont toujours ressenti ce lien essentiel avec tous les habitants des mers, en particulier les requins. Cette magnifique créature a façonné l’évolution de nos océans pendant plus de 450 millions d’années. Chaque poisson doit son adaptabilité au requin - du camouflage aux comportements d’agrégation, ce sont les requins qui ont modelé tous ces mécanismes de défense et qui ont influencé leur évolution. Les Polynésiens vénéraient le requin. Pour eux, l’esprit du squale devait être respecté et non haï ou craint.

Récemment, un surfeur a perdu la vie dans les eaux réunionnaises à la suite d’une attaque de requin. C’est une tragédie, comme à chaque fois qu’un surfeur meurt en mer, pour n’importe quelle raison, que ce soit percuté par un rocher, accidentellement noyé ou encore attaqué par un requin. Mais il y a eu une différence à la Réunion, il y a eu une différence par rapport aux autres communautés surf et cette différence est un appel à tuer les requins en représailles.

Un tel appel est un flagrant manque de respect pour les requins, pour les océans et pour les surfeurs. L’océan est le domaine des requins et tous les humains, y compris les surfeurs, y pénètrent en tant qu’invités des formes de vie dont c’est le territoire. Lorsque je me suis aventuré dans l’océan en tant que plongeur, surfeur, nageur et marin, je l’ai toujours fait en ayant conscience des risques et en les acceptant.

Il y a quelques jours, Lamya Essemlali, Présidente de Sea Shepherd France, exprimait dans une lettre ouverte le dégoût que lui inspirait cet appel insensé à tuer les requins par le biais d’une pêche préventive, le tout dans un climat d’hystérie et d’esprit de vengeance. Elle s’exprimait en fait au nom de Sea Shepherd France.

En réponse, certains surfeurs réunionnais l’ont accusée d’avoir insulté la communauté surf de la Réunion. J’ai relu sa lettre et nulle part, je ne vois un quelconque mensonge. Et si elle a insulté les surfeurs qui ont défendu cette pêche préventive, je l’applaudis.

Sea Shepherd Conservation Society donne la voix aux requins, aux baleines, aux phoques, aux tortues marines et aux poissons. Nous nous insurgeons contre l’idée de tuer des requins par esprit de vengeance ou dans la démarche ridicule et vouée à l’échec de prévenir de nouvelles attaques. Nous avons par ailleurs longtemps milité contre la pratique ayant cours à l’Île de la Réunion qui consiste à utiliser des chiens et des chats comme appât vivant pour tuer des requins.

Sea Shepherd admire, soutient et rend hommage à la communauté surf mondiale pour le respect légendaire que les surfeurs éprouvent à l’égard de la vie marine. Mais chez certains sufeurs réunionnais, ce respect est inexistant. Et la réaction de ces surfeurs aux critiques de Lamya a été très aggressive et défensive. Ils savent au fond d’eux qu’ils ont tort et que leur quête de vengeance est un extrême manque de respect à l’océan.

A t-elle été impolie? A t-elle été irrespectueuse? Peut-être. Mais elle a surtout dit la vérité et la réaction des surfeurs concernés ne fait que prouver qu’elle a eu raison de les dénoncer.

Les requins sont massacrés à hauteur de 90 millions d’individus par an. Nous sommes en train d’éradiquer ce grand et unique prédateur. Il y a aujourd’hui plus de tigres dans ce monde - où se cotoient sept milliards d’êtres humains - que de grands requins blancs. Pourtant il serait illégal et immoral de tuer des tigres en représailles si l’un d’eux tuait un être humain.

Je n’ai jamais rencontré de vrai surfeur qui défendrait un tel massacre. Je n’ai jamais rencontré de vrai surfeur qui applaudirait ou soutiendrait une pêche aussi insensée. Dans l’ensemble de la communauté surf mondiale, je n’ai jamais vu cette envie de détruire les requins que j’ai vue chez ces quelques surfeurs réunionnais.

Un surfeur de la Réunion m’a écrit pour me dire que ce que nous ne comprenions pas, c’est que chaque surfeur est son frère, que lui-même, en tant que surfeur, se devait de protéger son frère et que tuer les requins était un acte de solidarité envers tous ses frères surfeurs.

J’adhère complètement à cette idée de fraternité entre surfeurs mais avec cette distinction: les surfeurs ne sont pas frères uniquement entre eux. Nous avons toujours été, depuis les origines du surf en Polynésie, frères et amis des poissons, des dauphins, des baleines, des phoques et des requins qui peuplent les océans. Nous respectons et nous nous battons pour la vie dans les océans, non pour la destruction et la mort.

J’ai perdu mon ami Steve Irwin, piqué au cœur par une raie mais j’aurais déshonnoré sa mémoire si j’avais milité pour qu’on tue des raies, comme certains ignorants l’ont fait. J’ai rencontré plusieurs victimes d’attaques de requin qui avaient compris que la faute n’imputait pas à l’animal qui agissait de manière naturelle dans un milieu qui est le sien.

J’ai plongé, nagé et surfé parmi les requins toute ma vie mais je l’ai toujours fait à la fois avec respect et avec précaution. J’ai aussi été témoin de l’incroyable massacre des requins partout dans le monde, j’ai vu les hommes couper leurs ailerons et les rejeter à la mer, condamnés à une mort longue et douloureuse.

Nous sommes en train de détruire nos océans et d’appauvrir la vie marine. C’est le rôle, la responsabilité et l’obligation de tout surfeur de défendre la vie dans nos océans et non de la détruire.

Et je l’affirme avec respect mais conviction. Si vous souhaitez surfer dans des eaux où se trouvent des squales, vous devez comprendre et accepter que cela comporte des risques et que vous pénétrez volontairement dans un environnement potentiellement dangereux. Je me sens, pour ma part, à l’aise dans ce genre d’environnement  parce que je respecte les requins et j’ai conscience du fait que la mer est leur habitat, qu’ils sont en effet des prédateurs et que le risque d’attaque existe, même s’il reste en général assez minime.

Seuls les surfeurs habités par la peur et le mépris pour la vie de nos océans pourraient souhaiter voir la mer domestiquée et vidée de tout risque naturel.

La réduction des attaques à l’Île de la Réunion viendra d’une concertation réfléchie, de l’identification certaine des causes de la recrudescence des attaques de requin. Plusieurs pistes sont déjà avancées - toutes liées à des activités humaines - et un changement des comportements humains devra en découler. Les requins ne sont en rien coupables et l’océan n’est pas notre terrain de jeu - ça n’est en tout cas pas sa fonction première.

L’intégrité écologique de l’écosystème océanique autour de l’Île de la Réunion est bien plus important que la sécurité absolue des surfeurs. Oui, il y a un risque parfois mais appauvrir la vie de nos océans est bien plus risqué car si les océans meurent, nous mourrons tous.

Sea Shepherd regrette la disparition d’un des membres de la fraterie du surf, de la même manière que nous regrettons la mort de tous ceux qui périssent dans des conditions tragiques inhérentes à des causes naturuelles attachées à l’art du surf. Perdre un surfeur, c’est perdre un ambassadeur des mers et la mer a besoin d’autant d’ambassadeurs que possible, les surfeurs étant les meilleurs qui soient.

Tuer un requin par vengeance n’est pas la marque d’un véritable ambassadeur - c’est la marque d’un lâche. Or, les vrais surfeurs ne sont pas des lâches et les vrais surfeurs n’adhèrent pas aux discours de haine proférés par des lâches. Chez Sea Shepherd, nous encourageons les vrais surfeurs, ceux qui comprennent la philosophie et qui partagent l’état d’esprit inhérent au surf des origines, à se faire davantage entendre pour ne pas laisser les lâches et les imposteurs encourager la tuerie de leurs frères squales et ternir l’image de tous les surfeurs aux yeux du reste du monde.

Les squales doivent être respectés et laissés tranquilles.

Sincèrement,

Capitaine Paul Watson

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact