Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Tous les derniers éditoriaux des membres de Sea Shepherd Conservation Society ou de personnes pertinentes dans la sauvegarde des écosystèmes marins.



Imprimer
Lundi, 26 Septembre 2016

Le vent tourne, les temps changent

Publication du capitaine Paul Watson

Les annonces faites cette semaine à la conférence sur les océans de Washington D.C. par Leonardo DiCaprio déclarant que la technologie est disponible pour localiser les opérations de pêche illégales sont vraiment les bienvenues.

Sont également les bienvenues les annonces et promesses faites par plus d'une vingtaine de nations et d'ONG qui s'engagent à protéger les écosystèmes marins.

Scène d'ouverture de la conférence Our Ocean 2016 qui s'est ouverte jeudi 15 septembre à Washington. - APScène d'ouverture de la conférence Our Ocean 2016 qui s'est ouverte jeudi 15 septembre à Washington. - AP

Lire la suite...
 
Imprimer
Mardi, 30 Août 2016

La raie pêchée dimanche par un chasseur sous marin posant fièrement avec son trophée pour Nice-Matin est en DANGER CRITIQUE D’EXTINCTION

Photo Facebook/@CyrilPhoto Facebook/@Cyril"La présence de la raie papillon-épineuse est aujourd’hui si rare en Méditerranée (malgré un travail d’enquête complet tout au long de son aire de répartition historique), qu’elle doit avoir massivement diminué au cours des 20 dernières années, en raison d’une forte pression de pêche et d’une dégradation du milieu, liée à l’aménagement du littoral. Cette espèce est considérée comme étant EN DANGER CRITIQUE D’EXTINCTION en Méditerranée sur la base d’un déclin passé, soupçonné supérieur à 80%."

La raie papillon épineuse fait partie de la liste des Espèces de requins et de raies inscrites dans les Annexes du Protocole relatif aux Aires spécialement protégées et à la diversité biologique en Méditerranée. Elle est en Annexe 2.

"Il est demandé aux Etats Parties à la Convention de Barcelone d’assurer une protection maximale des espèces figurant dans l’Annexe II et de contribuer à leur rétablissement" - Dans les faits, nous en sommes très loin.

"Quand je suis arrivé à 16m de profondeur, la chose a ouvert les yeux face à moi. J'ai compris que c'était une raie. Elle était monstrueuse. J'ai tout de suite tiré et je l'ai remontée grâce à mon bateau. J'ai mis quasiment 1h pour la sortir de l'eau. Elle faisait 72kg !"- déclare fièrement le pêcheur.

Lire la suite...
 
Imprimer
Lundi, 08 Août 2016

Opération Jeedara : Les îles Pearson – un lieu sauvage, d’importance mondiale

Commentaires de Jeff Hansen, leader de l'expédition

Le Steve Irwin et un petit bateau en route vers les îles Pearson - Photo : Tim Watters Le Steve Irwin et un petit bateau en route vers les îles Pearson - Photo : Tim Watters Aujourd’hui, l’équipage du Steve Irwin, sous l’égide du capitaine Wyanda Lublink, a eu le privilège de découvrir les îles Pearson.

Ce chapelet d’îles est situé en Australie du Sud, à environ 65 km au sud-ouest du cap Finiss, sur la côte ouest de la péninsule d’Eyre, au sein du grand archipel des îles de l’Investigator. Cette zone est aujourd’hui devenue une réserve marine, grâce aux efforts constants de sensibilisation de Peter Owen et de la Wilderness Society, entre autres associations ayant défendu cette campagne de classification en réserve marine. Après un long processus de délivrance de permis d’entrée auprès du gouvernement de l’Australie du Sud, Sea Shepherd a eu la chance de pouvoir explorer l’île Pearson, grâce à l’aide de Natalie Banks.

Arrivés aujourd’hui à bord du petit bateau du Steve Irwin sur la plage autorisée, nous fûmes reçus par un comité d’accueil inattendu, composé de l’espèce menacée de lions de mer australiens et d’otaries à fourrure de Nouvelle-Zélande. Alors que nous nous dirigions vers la plage, en escaladant des rochers de granit lissés par des milliers d’années de tempêtes et de vents marins, nous rencontrâmes encore davantage d’otaries, et en particulier un petit groupe d’une douzaine d’entre elles qui batifolaient et jouaient en toute sécurité, toutefois très certainement conscientes des grands requins blancs qui rôdaient près des côtes.

Alors que nous montions vers un point plus élevé de l’île pour profiter d’une meilleure vue, nous croisâmes un dragon d’Australie et quelques pétrogales particulièrement curieux, endémiques de l’île Pearson. Les mots ne pourront jamais rendre justice à cet endroit et les photos ne peuvent que tenter de capturer cette gifle que l’on se prend en découvrant un lieu aussi sauvage et naturel que l’île Pearson.

Lire la suite...
 
Imprimer
Lundi, 11 Juillet 2016

Gestion des requins dans les eaux de Nouvelle-Galles du Sud :

Sea Shepherd Australie salue les recommandations du Comité parlementaire de l’Etat australien, mais beaucoup de travail reste à faire

Par Allyson Jennings, coordinatrice de l’Opération Apex Harmony en Nouvelle-Galles du Sud

Repéreur de requins - Photo : Sean GeerRepéreur de requins - Photo : Sean GeerLe comité de l’assemblée législative de Nouvelle-Galles du Sud (NSW) chargé de l'étude des investissements, des industries et du développement régional a récemment remis ses conclusions sur la gestion des requins dans les eaux de l’État australien. Ce document représente l’aboutissement d’une enquête parlementaire initiée en août 2015 ayant rassemblé de nombreuses parties prenantes. Ainsi, Sea Shepherd Australie a pu apporter son expertise lors de cette enquête et Natalie Banks, coordinatrice de la campagne pour la protection nationale des requins, a également pu participer à l’audience donnée à Ballina, en Australie, à la fin de l’année dernière.

Sea Shepherd loue la pertinence des treize recommandations remises par le comité qui introduisent un large éventail d’actions et de solutions précises dont un grand nombre peuvent être mises en œuvre dans un futur proche en faveur de la vie marine et des usagers de la mer. Parmi elles, on retrouve l’étude d’un programme de repérage de requins, solution clé prônée par les conclusions d’une enquête indépendante commissionnée l’année passée par les dirigeants de la NSW, une révision du programme de filets anti-requins déjà en place tous les trois ans (contre cinq ans actuellement), le remplacement éventuel des filets anti-requins par des solutions plus respectueuses de l’environnement comme la barrière anti-requins Eco Shark Bareer qui dépendent des résultats d’essais, de l’augmentation des financements, de la réforme des procédures instaurées et de l’amélioration de la communication auprès du public.

Lire la suite...
 
Plus d'articles...

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact