Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Lundi, 17 Mars 2014 14:51

Le problème des requins est un problème MONDIAL

Par Gary Stokes

Un requin dont on vient de découper l’aileron en MalaisieUn requin dont on vient de découper l’aileron en MalaisieVivant à Hong Kong, je me suis intéressé au problème des ailerons de requins d’aussi loin que je m’en souvienne, bien avant de rejoindre Sea Shepherd. J’ai déambulé dans des marchés sanglants et grimpé sur des toits branlants dans toute l’Asie du Sud-Est pour démasquer, révéler et mieux comprendre ce trafic maudit. Hong Kong est à l’épicentre du marché international des ailerons de requins et de bien d’autres "délicatesses de la mer".

Un commentaire que j’entends de plus en plus souvent aujourd’hui sur les forums des réseaux sociaux, venant de gens ignorants et racistes, c’est: "Ces sales Japonais/Chinois sont en train de tuer les océans. Il ne restera rien pour les générations futures!" Eh bien c’est complètement faux. Nous sommes TOUS en train de tuer les océans, et malheureusement il faut bien dire que nous faisons du très bon travail. Cela nous arrange de pointer un doigt accusateur vers quelqu’un d’autre pour mieux dormir la nuit. Il est temps de nous regarder dans la glace, de bien regarder ce que nous faisons, puis de mettre en place un plan d’action global et immédiat pour sortir de ce gâchis.

Au cours de toutes ces années, je me suis parfois senti frustré et impuissant, je me suis même quelquefois demandé pourquoi je me donnais toute cette peine, car rien de ce que je pourrais faire ne va changer la façon de penser du 1,2 milliard de gens qui vivent de l’autre côté de la frontière. Mais c’est là que nous nous trompons tous. Avant de commencer à essayer de changer les autres, il faut d’abord que nous changions nous-mêmes. Nous sommes tous coupables de la disparition de la vie dans nos océans, que ce soit à cause de la surpêche dont nous nous nourrissons, ou à cause de l’élevage du bétail, de la pollution par les plastiques ou d’autres polluants, ou bien en visant des espèces spécifiques pour des mets de luxe.

La semaine dernière je suis allé sur plusieurs marchés au poisson séché à Canton avec des amis chinois sympathisants écologistes. Après avoir vu à Hong Kong tous les magasins qui vendent du poisson séché dans Sheung Wan, et les milliers d’ailerons séchant dans la rue et sur les toits, je me suis rendu compte que le massacre des requins à échelle industrielle me laissait froid. Déambuler dans les marchés de Canton n’était pas une expérience vraiment nouvelle, c’était juste un niveau au-dessus. A vue de nez nous avons compté environ 2 millions d’ailerons de requins ce matin-là, mais ce ne sont que des zéros en plus, et après un moment, eux aussi perdent toute signification.

La seule question que je me posais, c’était:

"D’OU VIENNENT-ILS DONC TOUS?"

Une fois rentré à Hong-Kong, j’ai commencé à chercher qui étaient les plus grands exportateurs vers Hong-Kong et la Chine. Selon un rapport publié en 2010 par l’ONG OCEANA sur les importations d’ailerons de requin à Hong Kong et en Chine en 2008, les pays suivants étaient les dix premiers accusés. Il y a quelques surprises:

Rang

Pays

KG

1

Espagne

2 646 442 kg

2

Singapour

1 201 236 kg

3

Taiwan

990 664 kg

4

Indonésie

681 012 kg

5

Emirats Arabes Unis

511 197 kg

6

Costa Rica

327 385 kg

7

USA

251 310 kg

8

Yémen

226 738 kg

9

Mexique

216 833 kg

10

Brésil

200 732 kg

Seuls trois des dix plus gros exportateurs d’ailerons de requin vers Hong Kong et la Chine sont des pays asiatiques? Il est surprenant de trouver dans cette liste l’Espagne et les USA, car une bonne partie des commentaires à connotation raciste que j’ai lus sur internet proviennent des USA et de l’Europe.

C’est là que je me suis rendu compte de toute l’hypocrisie. Les flottes de pêche et les industriels de la pêche du monde entier vident les océans de leurs requins, vendent les ailerons à quelques hommes d’affaires chinois, et après nous rendons tous la Chine toute entière responsable de la disparition générale des requins?

La formule de WildAid, "Si on arrête d'acheter, on arrêtera également de tuer" est très forte, tout comme l’impact de WildAid à travers le monde. Mais si nos gouvernements ont réellement nos ressources naturelles sous contrôle, on peut être sûr que "si on arrête de fournir, on arrêtera également d’acheter" devrait  avoir aussi un effet massif. Si ce que quelqu’un fait ne vous plaît pas, coupez-lui l’approvisionnement. Ne continuez pas à le fournir et à prendre son argent et ensuite à le critiquer, ce n’est que pure hypocrisie, et cela pue l’appât du gain et l’intérêt privé des sociétés. C’est la base toute simple de l’offre et de la demande. Supprimez l’une ou l’autre, et la partie est terminée, touchez à l’une ou à l’autre et vous constaterez des baisses radicales.

Ailerons de requin en train de sécher dans les rues de Hong KongAilerons de requin en train de sécher dans les rues de Hong KongLa demande de soupe aux ailerons de requin a sûrement baissé ces dernières années, car ce n’est plus cool d’avoir de la "soupe aux ailerons de requin" au menu des banquets de mariage ou des repas d’affaires. Le travail de tant d’ONG, de célébrités et d’autres personnes dans le monde (ainsi que quelques politiciens et dirigeants économiques courageux) ont mis le sujet en pleine lumière, poussant à une prise de conscience du public et l’informant sur ce que nous faisons aux populations de requins dans le monde entier. Des restaurants de toute la planète l’ont supprimée de leur carte. Le plus grand coup a été porté par le gouvernement chinois qui, quand il a pris des mesures d’austérité, a banni la soupe aux ailerons de requins et autres produits de luxe à tous les niveaux des représentants de l’Etat. Des négociants du continent nous ont dit que, dans certains cas, cela leur avait fait perdre jusqu’à 70% de leur chiffre d’affaires.

L’approvisionnement

Côté approvisionnement, bien moins a été réalisé. Il y a eu cependant quelques mesures novatrices. Après des campagnes intensives, beaucoup de grandes compagnies aériennes ont refusé de transporter du fret d’ailerons de requins, tout comme certaines grandes compagnies maritimes. De nouvelles lois instaurées dans quelques pays ont interdit le débarquement d’ailerons, ce qui a perturbé les voies d’acheminement habituelles de ce commerce et rendu le transport plus compliqué et plus onéreux. L’attention croissante portée aux crimes liés au trafic international d’espèces animales sauvages va jouer aussi un rôle dans la réduction de l’approvisionnement. Ajoutez à cela l’inscription de cinq espèces supplémentaires de requins à l’Annexe II de la CITES sur les espèces à protéger.

Si les autres pays cessent de vendre des ailerons de requin à la Chine, ce sera la fin du marché des ailerons de requin, car la Chine n’a pas de ressources propres suffisantes. C’est un problème mondial, pas un problème chinois. Sea Shepherd appelle chacun d’entre nous à agir dans son propre pays pour faire cesser la pêche ou le transport des requins.

Prenez aussi conscience que le problème des requins dépasse de loin celui de leurs ailerons!

On tue presqu’autant de requins chaque année pour faire des pilules à base de cartilage (sulfate de chondroïtine) ou des comprimés d’huile de foie que pour la soupe aux ailerons de requin, et ces produits sont largement consommés dans les pays occidentaux. Vérifiez dans votre armoire à pharmacie familiale s’il y a des compléments alimentaires pour les articulations contenant des dérivés du requin. Renseignez-vous sur les alternatives à base de plantes, on en trouve facilement qui ont la même efficacité.

Lorsque VOTRE pays ne contribuera plus au négoce international d’ailerons de requin, alors, et alors seulement, vous pourrez commencer à montrer du doigt un autre pays. Alors agissez pour que votre gouvernement instaure de nouvelles lois pour protéger les requins chez vous, et ensemble nous pourrons mettre un point final global au marché des ailerons de requin.

Découpe d’un aileron de requinDécoupe d’un aileron de requin  Découpe d’ailerons de requin au Sri LankaDécoupe d’ailerons de requin au Sri Lanka 
Ailerons en cours de séchageAilerons en cours de séchage  Ailerons en cours de séchage dans les rues de Hong KongAilerons en cours de séchage dans les rues de Hong Kong 
Gary Stokes au milieu d’ailerons de requinGary Stokes au milieu d’ailerons de requin  Ce toit de Hong Kong montre de grandes quantités d’ailerons de requin en train de sécher au soleilCe toit de Hong Kong montre de grandes quantités d’ailerons de requin en train de sécher au soleil 

Toutes les photos sont de Gary Stokes/Sea Shepherd

 


Vidéo: Marché de Guang Zhou

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact