Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Vendredi, 24 Juillet 2015 14:33

Massacre de dauphins globicéphales, avec le soutien de la Marine royale danoise

Capitaine Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd

Le sang se répand dans le fjord - Photo : Sea Shepherd/Mayk WendtLe sang se répand dans le fjord
Photo : Sea Shepherd/Mayk Wendt
142 dauphins globicéphales ont été massacrés hier soir sur la plage de Tórshavn, la capitale des îles Féroé. 1 100 personnes ainsi que plus d’une centaine de bateaux ont participé à ce carnage, et ont pour ce faire reçu le soutien de deux navires de guerre de la marine danoise, le Triton et le Knut Rasmussen.

Plus tôt dans la journée, plus d’une centaine de dauphins avaient déjà été les victimes d’une orgie sanguinaire sur l’île de Vágur.

Quatre membres d’équipage de Sea Shepherd ont été arrêtés à Vágur, deux sur la plage par la police féroïenne et deux au large par la marine danoise. Hier soir, un autre volontaire a été arrêté à Tórshavn et un second s’est vu confisquer sa caméra, dont la vidéo a été effacée.

Ces volontaires sont poussés à l’action par la vision de ces actes d’une cruauté abjecte. Ils combattent ces atrocités avec leurs caméras et leurs corps pour seules "armes". Ils ont été maltraités, leurs droits fondamentaux ont été méprisés, et aujourd’hui cinq d’entre eux sont toujours derrière les barreaux d’une prison féringienne, accusés de compassion délibérée. Dans les îles Féroé, l’empathie est un crime et la bonté est tournée en ridicule.

Les Féringiens ont fêté leur mortelle victoire sur les dauphins. Entre 200 et 300 cadavres jonchent les plages, éventrés, leurs entrailles se répandant sur le sable et les eaux sont teintées de sang : au milieu de ce spectacle, les Féringiens semblent tout à leur joie, presque ivres d’excitation après ce massacre.

En 2011, aucun dauphin globicéphale n’avait été massacré grâce aux patrouilles de Sea Shepherd dans les eaux des îles Féroé. En 2013, alors que Sea Shepherd n’était pas sur les lieux, plus de 1 300 dauphins avait été tués. L’an dernier, en 2014, avec Sea Shepherd de nouveau sur place, les dauphins tués étaient au nombre de 33.

Qu’est-ce qui a changé cette année ? Pourquoi tant de dauphins massacrés cet été ?

La réponse est : la Marine royale danoise. Bien que la règlementation européenne interdise de tuer des dauphins globicéphales, le gouvernement danois a choisi d’user de son influence pour aider les tueurs. Sea Shepherd, ONG prônant des interventions non-violentes, est donc en position de désavantage flagrant face à deux navires de guerre danois, leurs hélicoptères et leur petite flotte de zodiacs avec leurs commandos, plus les navires et officiers de la police féringienne.

En outre, les Féringiens ont voté de nouvelles lois discriminatoires visant à empêcher toute opposition au massacre des dauphins.

Christophe Bondue et Rosie Kunneke sont jetés à terre par la police - Photo : Sea ShepherdChristophe Bondue et Rosie Kunneke sont jetés à terre par la police - Photo : Sea ShepherdNotre bataille est celle de la compassion et du courage, tandis que nos adversaires utilisent leur pouvoir et font preuve de lâcheté. Les forces militaires qu’ils ont mises en œuvre ont coûté des dizaines de millions d’euros, une somme incroyable et qui a de quoi choquer.

Le Danemark a choisi de mener une politique de surenchère afin de protéger les intérêts barbares du petit et vicieux groupe d’îles qui lui est rattaché et dont les 50 000 habitants environ réclament le droit de verser le sang d’innocentes créatures sensibles et sans défense.

Pourquoi les Danois sont-ils si enclins à devenir les complices des tueurs des îles Féroé ? Pourquoi montrent-ils autant d’enthousiasme à plonger dans ce bassin toxique et sanglant avant de batifoler aux côtés des tueurs sanguinaires de ces douces créatures ? La réponse pourrait bien être : le pétrole. L’exploitation pétrolière leur promettant de possibles profits dans les années à venir, les Danois semblent tout à fait enclins à ignorer leurs propres lois mises en place pour la protection du bien-être des animaux ainsi que les réglementations européennes interdisant de tuer ces dauphins.

Les Féringiens se vantent de cette "victoire". Ce que j’ai vu hier, c’est une foule de tueurs sanguinaires s’attaquant à des groupes de dauphins globicéphales terrorisés à l’aide de longs crochets et de couteaux.

Les outils utilisés pour perpétuer cette "tradition" n’ont plus rien de traditionnel : bateaux à moteur, treuils hydrauliques, radios, sonars et navires de guerre. Il s’agit de la perversion d’une culture au sein de laquelle les dauphins étaient autrefois tués par nécessité par les gens dans le besoin et qui sont maintenant massacrés en guise de sport et de divertissement par une population qui jouit pourtant aujourd’hui du revenu par habitant le plus élevé en Europe, grâce aux subventions que leur verse l’Union européenne.

Il n’est probablement pas possible de convaincre les tueurs des îles Féroé d’arrêter le massacre des dauphins. Ce serait comme essayer de raisonner un tueur en série. Les psychopathes n’ont aucun remords, aucune conscience et ne font pas la distinction entre le bien et le mal.

Nous devons nous adresser à ceux qui rendent possible cette perversion, nous devons donc nous adresser à la nation qui fournit les navires de guerre, les subventions et le soutien politique nécessaires à ces atrocités.

Le Danemark et les Danois ont condamné ces actes cruels et ce massacre méprisable, et peu importe qu’ils affirment que ces actes sont hors de leur contrôle, que les Féringiens sont les seuls responsables : il n’en reste pas moins que se tiennent, entre ceux qui essaient de sauver la vie des dauphins globicéphales et le sang versé sur la plage, le Knut Rasmussen et la frégate Triton, deux symboles du pouvoir du Danemark, de la complicité du Danemark et de l’implication du Danemark.

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact