Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Jeudi, 23 Février 2017 02:40

Le Steve Irwin de retour de l'Antarctique

Par le capitaine Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd

Arrivée du Steve Irwin à Dunedin - Photo : Jeff HansenArrivée du Steve Irwin à Dunedin - Photo : Jeff HansenLe Steve Irwin est arrivé à Dunedin, en Nouvelle-Zélande. L'un des navires harponneurs l'a suivi jusque dans les eaux Néo-Zélandaises. L'Ocean Warrior pourchasse toujours le Nisshin Maru et il est lui-même traqué par le deuxième des trois navires harponneurs.

Les baleiniers japonais ont doublé leur zone de chasse et réduit leur quota d'abattage. Ils sont ainsi plus difficiles à découvrir et le temps imparti pour ce faire est réduit.

L'Opération Nemesis, qui est presque terminée, a remporté un franc succès bien que les navires n'aient pas été en mesure d'approcher le Nisshin Maru de près.

Malgré les allégations du retour de la flotte baleinière au Japon, Adam Meyerson, capitaine de l'Ocean Warrior a indiqué ce jour qu'un des navires harponneurs était en vue.

Les raisons sont des conditions météorologiques particulièrement mauvaises, une technologie de traque coûteuse et une zone de chasse beaucoup plus étendue.

Il existe toutefois des points positifs :
1. La flotte compte trois navires harponneurs et deux d'entre eux ont consacré le plus clair de leur temps à poursuivre les navires de Sea Shepherd au cours des deux derniers mois et demi.
2. Le navire usine était continuellement en fuite, ce qui l'a handicapé pour remplir son quota de 333 baleines.
3. En raison des interventions passées de Sea Shepherd, le quota d'abattage, bien que toujours illégal, a été réduit de 1 035 à 333
4. Grâce aux interventions passées de Sea Shepherd, pas une seule baleine n'a été tuée au cours de la saison 2014/2015.
5. Avec un seul navire harponneur continuellement en fuite.
6. La flotte baleinière a dépensé des sommes considérables en carburant et fournitures supplémentaires.
7. L'hélicoptère de Sea Shepherd a documenté la chasse à la baleine illégale dans les eaux territoriales australiennes. Le bateau usine a été perdu à nouveau en raison de conditions météorologiques extrêmes.

Obtiendront-ils leur quota ? Nous n'en savons rien mais, s'ils y parviennent, Sea Shepherd leur en aura fait payer le prix fort.

Considérons qu'avant les interventions de Sea Shepherd, il fallait deux mois et demi à la flotte baleinière pour tuer 1 035 baleines. La flotte étant désormais dans l'océan Austral, pourquoi a-t-elle consacré deux mois et demi à tenter de tuer 333 baleines ?

Sea Shepherd, en qualité de modeste mouvement de protection, a réalisé des progrès étonnants pratiquement chaque année depuis 2005 dans son combat contre une activité hautement illégale menée par l'une des plus puissantes nations au monde.

Les hommes et les femmes bénévoles à bord du Steve Irwin et de l'Ocean Warrior ont fait un travail absolument incroyable cette saison en exposant les opérations japonaises illégales de chasse à la baleine et en s'y opposant. Ils y ont consacré leur temps, loin de leurs familles particulièrement au moment de Noël, ils ont essuyé un bon nombre de tempêtes et connu des situations dangereuses dans les glaces pour exposer une fois de plus les crimes japonais aux yeux du monde entier.

L'Opération Nemesis a maintenu toute la flotte baleinière japonaise en mouvement continuel, lui infligeant des coûts en termes de temps et d'argent et en occupant les deux tiers de sa flotte de navires harponneurs qui n'ont pas pu chasser de la saison.

L'équipage a largement mérité son escale à Dunedin. Pendant ce temps, l'Ocean Warrior continue la poursuite sur quelques milliers de miles au sud de Dunedin.

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact