Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Mercredi, 10 Mars 2010 23:13

En Réponse au Reportage Japonais sur "The Cove"

Éditorial du Capitaine Paul Watson

AP/Mainichi Daily News

La ville de la chasse aux dauphins désapprouve l'Oscar de "The Cove"

Légende de photo: Un dauphin fait la démonstration d'une pirouette lundi dans un bassin de Taiji, dans la préfecture de Wakayama, où les visiteurs peuvent jouer avec les animaux. Le village de pêche japonais où a été tourné le film The Cove, vainqueur de l'Oscar du meilleur documentaire, a défendu lundi sa pratique de la chasse aux dauphins comme faisant partie de sa tradition. Les habitants de ce village excentré, niché sur la côte rocheuse, ont exprimé leur dégoût concernant ce film secrètement filmé, qui, ont-ils dit, a travesti la vérité, alors que peu d'entre eux ont reconnu l'avoir vu dans son intégralité.

Capitaine Paul Watson: C'est extraordinaire. Les hommes qui abattent brutalement et cruellement des dauphins et remplissent la baie de sang ont l'audace de déclarer que ce film, basé sur ce qu'ils font, est "dégoûtant". Ils admettent que beaucoup de villageois n'ont pas vu le film et déjà l'accusent de détourner la vérité. Je ne pense pas qu'il soit possible de filmer l'abattage des dauphins autrement qu'en capturant la vérité. Sont-ils en train de suggérer que ces dauphins ne sont pas morts? Suggèrent-ils que le sang dans la baie est factice? Je serais curieux de savoir comment la vérité a pu être dissimulée...

TAIJI, Wakayama (AP) -- Le public présent au gala des Oscars a chaleureusement applaudi quand The Cove a gagné l'Oscar du meilleur documentaire pour sa représentation effroyable de la chasse au dauphin. De l'autre coté de la planète, les habitants du petit village japonais, montrés dans le film, ont détesté cette distinction et ont indiqué que tout ceci ne mettrait pas fin à leur tradition pluri-centenaire.

Capitaine Paul Watson: Les habitants de Taiji ont l'arrogance de déclarer que le reste du monde a tort, et pas eux. Le mouvement de conservation ne se lassera jamais de défendre les vies des dauphins de la sauvagerie barbare des pêcheurs de Taiji.

À Taiji, dans la préfecture de Wakayama, les habitants se sont regroupés dans des restaurants où l'on sert de la baleine et ont fait des roulements d'yeux à l'annonce de l'attribution de l'Oscar au film qu'ils voient comme une nouvelle vision étrangère biaisée de leur culture.

Capitaine Paul Watson: Qu'est ce qui est biaisé quand on dépeint le massacre brutal des dauphins ? Il semble que la menace de l'empoisonnement par le mercure ne semble pas beaucoup les tracasser. Cela a du être humiliant de voir la foule encourager un film qui expose leurs crimes barbares au monde entier.

Le village de 3.500 personnes chasse les dauphins et les baleines depuis le début des années 1600. Il se proclame "la ville des baleines" et a un couple de statues massives de baleines apparaissant au-dessus de la route principale. "The Cove" fait référence à Taiji et à sa pêche des dauphins comme "une petite ville avec un très grand secret", mais le conseiller municipal local Hisato Ryono a dit qu'il n' avait rien à cacher.

Capitaine Paul Watson: Le long de la Côte d'Ivoire et de la Côte des Esclaves en Afrique, on capturait et vendait des esclaves bien avant 1600. Les baleiniers de Cape Cod ont tué des baleines à partir de 1600. La tradition est juste une excuse pour perpétuer des pratiques barbares et archaïques. La référence des statues de baleines me rappelle les têtes en pierre de Rapa Nui où ils ont coupé le dernier arbre et ont ainsi fait s'effondrer leur propre société juste pour continuer une "tradition environnementale" destructive. Naturellement, il n'y a plus rien à cacher maintenant. Grâce aux efforts de Sea Shepherd en 2003 et la sortie de The Cove en 2009, il n'y a plus de secret à cacher. La vérité au sujet de Taiji est maintenant révélée au monde entier.

"Tout le monde le sait ici. L'eau tourne presque au rouge pendant la chasse. L'abattage se déroule dans un secteur caché parce qu'il est désagréable à regarder, de la même façon qu'il l'est pour les vaches, les porcs ou n'importe quel autre animal", a dit Ryono, qui raconte avoir été dupé en apparaissant dans le film.

Capitaine Paul Watson: Les tueurs de dauphins comparent constamment ce massacre à l'abattage des porcs ou des vaches. Pourtant il n'y a aucun abattoir dans le monde qui pardonnerait la cruauté vile de l'abattage de Taiji où les animaux sont frappés avec des clubs, harponnés à plusieurs reprises dans différents endroits de leur corps, frappés et noyés dans leur propre sang. C'est comme comparer une cellule de prison municipale à un camp de concentration nazi. Je suis sûr que les gardiens de prison allemands ont probablement dit "Pourquoi cette agitation? Vous devez bien avoir vous aussi des gens en prison?" L'endroit où le massacre a lieu était ouvert au public jusqu'à ce que Sea Shepherd expose l'abattage en Octobre 2003. Je me demande comment Ryono "a été dupé" dans son apparition dans le film? Tout le monde à Taiji savait que l'équipe de tournage était là.

"C'est un groupe très uni de pêcheurs. Plus ils se sentent coincés, plus ils repousseront les étrangers. Ils n'arrêteront pas cette chasse même avec cette pression," dit Ryono.

Capitaine Paul Watson: Ils ne se seraient jamais arrêtés sans cette pression. Agir pour exposer et s'opposer à l'abattage des dauphins semble plus logique que de ne rien faire. Au moins, en agissant, il y a une chance de succès. En ne faisant rien, il n'y a aucune chance de succès.

Le gouvernement japonais permet de tuer environ 19.000 dauphins tous les ans.

Taiji chasse environ 2.000 dauphins chaque année pour la viande -- moins que dans d'autres endroits -- mais cette singularité vient en partie de sa méthode dite "oikomi" de les rabattre en groupe et de les tuer près du rivage.

Capitaine Paul Watson: Nous nous sommes opposés et avons arrêté l'abattage de dauphin sur l'île d'Iki et nous nous opposons à l'abattage des dauphins à Futo au Japon. Cependant, Taiji reste le meilleur endroit pour illustrer la cruauté et l'horreur de mise à mort du dauphin.

Les dauphins, en plus d'être de la nourriture, sont également reconnus à Taiji comme des amuseurs de foule avec leur nature espiègle, ceci menant à des contrastes bizarres. Les pêcheurs de Taiji en capturent pour les vendre aux aquariums et l'endroit est constellé de cages marines offrant des sessions de rencontres avec les dauphins. La Dolphin Base fait payer 2.000 Yens ($22) pour une séance de 20 minutes à moins d'un kilomètre de la crique où des centaines des animaux sont poignardés et traînés à terre.

Capitaine Paul Watson: Les nazis ont utilisé des filles juives réduites à l'état d'esclaves pour leur divertissement tout en assassinant leurs parents et enfants. Le manque d'empathie et l'incroyable ignorance des pêcheurs sont stupéfiants. Ils semblent manquer de tout sens moral. Les bordels près des chambres à gaz ressemblent tout à fait au fait de nager avec des dauphins dans des bassins le long d'une crique rouge de leur sang.

Comme la plupart des résidents de Taiji, les soigneurs de dauphins ont à plusieurs reprises évité de parler à un journaliste étranger -- une jeune femme a couru au loin quand elle a été interrogée.

Au Dolphin Resort, un complexe moderne d'hôtel avec son propre bassin à dauphin, le directeur Kiyo Ikeda a accepté d'être interviewé à condition qu'il n'y ait aucune question au sujet des dauphins.

Capitaine Paul Watson: Les habitants de Taiji sont intimidés par les gangsters sur les bateaux de pêche.

"Nous n'avons pas beaucoup de clients étrangers dans cet hôtel" dit-elle.

Capitaine Paul Watson: Je me demande bien pourquoi ?! Certainement, les visiteurs étrangers ne considèrent pas l'abattage sadique des dauphins comme une attraction touristique.

Beaucoup d'habitants de Taiji ont déclaré qu'ils ne parleraient plus aux visiteurs étrangers en étant sous écoute, suite aux nombreux articles écrits de façon partiale avec des photos sanglantes et hors contexte.

Capitaine Paul Watson: Je ne vois pas de quoi ils parlent. C'est comme dire qu'un tueur en série a le droit de justifier ses crimes. Comment voulez-vous montrer le massacre d'un dauphin sans défense "hors contexte" ? Dans quel contexte cela serait-il acceptable ? Y a-t-il un certain moment ou endroit où un massacre peut être documenté "dans son contexte" ?

Après la victoire, la municipalité a publié un court communiqué de presse.

"Il y a différentes traditions culinaires au Japon et dans le monde" dit le rapport. "Il est important de respecter et comprendre les cultures culinaires régionales qui sont basées sur des traditions historiques."

Capitaine Paul Watson: Ce n'est pas une tradition culinaire. Derrière cet abattage, la principale force économique est de sélectionner et de capturer quelques dauphins pour les vendre aux aquariums et de faire une boucherie du reste. La tradition n'est pas une excuse pour anéantir une espèce. Les Japonais mangent également des hamburgers et consomment en fait plus de boeuf que toute l'Australie. Ainsi, il est inexact de dire que leur "culture culinaire" dépend des dauphins.

Le documentaire, dirigé par Louie Psihoyos, suit Ric O'Barry, un soigneur pour la série télévisée des années 60 "Flipper" qui affirme qu'il est devenu activiste en raison du suicide d'un dauphin à cause de lui.

L'équipe du film ont pénétré une zone interdite pour mettre en place les caméras qui ont enregistré le massacre.

Capitaine Paul Watson: Le secteur en question est un parc national illégalement restreint.

The Cove n'est pas encore sorti au Japon, mais sera diffusé en Juin dans une trentaine de cinémas du pays. Il a été montré au festival de film international de Tokyo en Octobre où les spectateurs lui ont donné des critiques d'avis multiples.

Plusieurs Japonais qui apparaissent dans le film, y compris Ryono, le Conseiller Municipal, et Tetsuya Endo, un Professeur agrégé de l'Université des Sciences de Santé d'Hokkaido, disent qu'ils ont été dupés au sujet du film.

Capitaine Paul Watson: Au Japon, c'est un stigmate social que de critiquer le gouvernement ou des pratiques. Ça n'est pas étonnant qu'ils réfutent leur apparition dans le film alors qu'ils ont signé pour, mais ça ne change en rien ce qu'ils ont dit. Il est malheureux qu'ils manquent de courage quant à leurs affirmations en raison de la coercition sociale.

Endo, joint par téléphone lundi, a dit qu'il préparait une action en justice. "J'estime qu'ils devraient refuser cette récompense", a-t-il dit

"J'estime qu'ils devraient avoir refusé la récompense", a-t-il dit.

Capitaine Paul Watson: Je doute qu'Endo aille au bout de sa menace. Une plainte a peu de chance d'aboutir. Il a signé ce qu'il fallait en terme de responsabilité et a dit ce qu'il a dit. Il est trop tard pour revenir dessus.

Les fonctionnaires japonais du gouvernement ont défendu les droits des pêcheurs à chasser des dauphins et ont qualifié le film de partial.

"Il y a beaucoup de pays qui mangent des vaches et quelques autres qui mangent des baleines ou des dauphins", a dit Yutaka Aoki, directeur de la Division des Pêcheries au Ministère des Affaires étrangères. "Un film au sujet de l'abattage des vaches ou des porcs pourrait également être préjudiciable aux ouvriers de cette industrie."

Capitaine Paul Watson: Il y a en fait beaucoup de films au sujet des abattoirs de vaches et de porcs, mais aucune séquence ne rivalise avec le massacre des dauphins à Taiji. Si un réalisateur de film devait exposer des pratiques cruelles et sadiques dans un abattoir, ce film se ferait remarquer. D'ailleurs, il y a à peu près deux ans, un film a été tourné secrètement par les ouvriers d'un abattoir brutalisant des poulets. Ces hommes furent licenciés, et c'est la cas presque à chaque fois où des violences dans les abattoirs sont dénoncées. La différence ici est que le gouvernement, local ou national, donne carte blanche à ces gangsters pour continuer leur comportement sadique.

(Mainichi Japon) 9 mars 2010

Article traduit bénévolement par Lionel.
 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact