Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Mercredi, 16 Juin 2010 00:11

Le Japon menace de devenir renégat

Commentaire du Capitaine Watson

Comme un enfant gâté qui possède le ballon, menace de quitter le jeu et de rentrer à la maison avec s'il ne parvient pas à gagner, le Japon menace à présent de se retirer de la Commission Baleinière Internationale s'il n'obtient pas ce qu'il veut. Et ce que le Japon veut, c'est tuer des baleines, bien que pratiquement toutes les autres nations dans le monde (à l'exception des Vikings arriérés de Norvège et d'Islande) considèrent que la chasse à la baleine est barbare, cruelle et inutile.

L'Associated Press rapporte aujourd'hui que, d'après ce qu'a dit mardi le Ministre japonais de la Pêche, le Japon envisage de se retirer de la CBI si aucun progrès n'est fait pour assouplir l'interdiction internationale pesant sur la chasse à la baleine à des fins commerciales. En d'autres termes, soit ils obtiennent le droit de tuer des baleines soit ils quittent la partie.

Piqué au vif récemment par les révélations concernant l'achat de votes, le Japon a désormais recours aux menaces de quitter la CBI et de capturer autant de baleines qu'il veut, où il veut et quand il veut. Et plutôt que d'appliquer le moratoire en vigueur, certains pays dont les États-Unis et la Nouvelle-Zélande sont apparemment prêts à jeter le bébé avec l'eau du bain avec ce compromis ridicule qui consiste à laisser les baleines se faire tuer pour éviter que le Japon n'en tue encore davantage. En d'autres termes, ils disent que nous devons tuer les baleines pour les sauver.

Ce n'est pas la première fois que le Japon menace de se retirer de la CBI et ils reviennent à nouveau à ça. C'est une ''donnez nous ce que nous voulons ou nous partons'' attitude et certains pays sont prêts à baiser le cul du Japon et à faire ce qu'il veut.

Hier, on a demandé au nouveau Ministre japonais de l'Agriculture, des Forêts et de la Pêche, Masahiko Yamada, si Tokyo quitterait la CBI si aucun progrès n'était réalisé quant à l'assouplissement de l'interdiction de la chasse à la baleine à des fins commerciales. ''Je suis en train d'envisager plusieurs options,'' a dit Yamada. ''C'est vraiment la dernière étape et nous ne sommes pas sûrs de la manière dont les choses vont tourner.''

C'étaient les premiers commentaires de Yamada aux journalistes depuis son entrée en fonction il y a une semaine. Il est l'un des Ministres récemment nommés par le nouveau Premier Ministre japonais Naoto Kan. Ça ne dérangerait pas Sea Shepherd Conservation Society si le Japon se retirait de la CBI. Avec un peu de chance, la Norvège et l'Islande suivraient et il ne resterait plus personne pour s'occuper des notes d'hôtels onéreuses, des boissons, des repas et des filles que les délégués des pays d'Afrique, des îles du Pacifique et des Antilles se font offrir par le Japon.

La CBI a perdu toute crédibilité et n'a fait appliquer aucun de ses règlements, de sorte qu'il importe peu que le Japon en soit membre ou non. L'avantage d'un retrait serait que les activités illégales de chasse à la baleine n'auraient plus de prétendue légitimité. La flotte baleinière japonaise vise les baleines menacées et protégées à l'intérieur des frontières d'un sanctuaire international reconnu, en violation d'un moratoire mondial sur la chasse, et en violation du Traité de l'Antarctique.

Pour cette raison, Sea Shepherd enverra de nouveau ses navires dans l'océan austral, pour l’Opération No Compromise, afin d'intervenir et intercepter les activités illégales. Jusqu'à présent, malgré toutes les réunions ennuyeuses et interminables, la seule chose qui a arrêté la chasse illégale à la baleine du Japon a été l'intervention de Sea Shepherd.

Le temps des discussions est terminé. La CBI est une organisation inutile. L'entêtement japonais ne peut être contré que par la langue qu'ils comprennent le mieux: les profits et les pertes. Nous avons l'intention de continuer à garder leurs pertes financières élevées et leurs bénéfices en dessous de zéro. L’Opération No Compromise sera notre septième campagne dans le sanctuaire baleinier de l'Océan Austral et elle promet d'être la campagne la plus agressive et la plus spectaculaire de toutes.

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact