Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Vendredi, 25 Juin 2010 15:09

Une amusante menace bleue

Commentaire par le Capitaine Paul Watson

Il semble que la demande du Japon d' inscrire mon nom sur la liste bleue d’Interpol entérine ma réputation d’écologiste desperado.

C’est excitant en fait, j'ai l'impression d'être Jason Bourne ! Il est risible de voir comme le Japon se lance dans des tentatives de plus en plus désespérées pour arrêter nos interventions contre leur chasse illégale à la baleine.

Une session extraordinaire à la Commission Baleinière internationale (CBI) s’est tenue un peu plus tôt cette semaine pour dénoncer et condamner les actions de la Sea Shepherd Conservation Society.

Une présentation complète, films et photos imprimées sur papier glacé, chacune agrémentée de cercles et  de flèches, pointant du doigt chaque « éco terroriste » en détail dans de nombreuses langues; notre joyeuse bande d’éco nautes contre ces pauvres tueurs de baleines, pleurnichards et incompris.

Diable, ce genre de reconnaissance n'a pas de prix !

A l’extérieur de la salle de conférence, il était amusant de voir les délégations japonaises se défiler nerveusement devant les membres de Sea Shepherd munis du Jolly Roger (notre drapeau pirate).

Ils avaient l’air de craindre pour leur vie, comme s’ils s’attendaient à ce que l’on se jette sur eux avec des couteaux et des pistolets. Ces gars là croient en leur propre propagande. Ils ont délibérément percuté et détruit un de nos bateaux et en ont endommagé un autre pour ensuite jouer les victimes lorsque leurs petits nez sensibles ont été taquinés par nos bombes aromatisées au beurre. Ils ont trainé le capitaine Peter Bethune au pays des cerisiers en fleur comme un prisonnier de guerre et l'ont accusé d'intrusion pour avoir osé défier le capitaine du Maru Shonan 2, le même qui avait détruit le navire de Pete, l’Ady Gil. Et maintenant, ils émettent un mandat d'Interpol contre moi qui suis désormais recherché "en tant que figurant de la liste bleue."

C’est assez pathétique franchement, ces gens sont d'un triste. La liste bleue n'est pas un mandat d’arrêt, c’est juste une alerte pour pouvoir interroger quelqu'un et garder un œil sur ces déplacements. Ils auraient pu obtenir les mêmes informations en surveillant le site internet de Sea Shepherd, Facebook ou MySpace; mes faits et gestes ne sont pas vraiment des secrets d'Etat. Et bien que quelques simplets m'aient catalogué "éco-terroriste", il semblerait que je n'ai aucun problème à traverser les frontières ou à prendre l’avion.

Je dois certainement être le seul "éco-terroriste" international à avoir son propre show télévisé plutôt très regardé d'ailleurs. Là encore les baleiniers japonais accusent la chaîne de télévision qui le diffuse d'être aussi de terrorisme. Un bloggeur à même dit que le seul fait de regarder Whale Wars est un acte de soutien au terrorisme. Hmmmm ... Je me demande si regarder la télévision en soi pourrait être qualifié d'activité terroriste?

De nos jours, quiconque est détesté par quelqu'un, peu importe la raison, peut être considéré comme un terroriste. Dans un monde où la Chine qualifie officiellement le dalaï-lama de terroriste, il me semble que le nom a été anobli et qu’il peut être désormais porté avec fierté et amusement. Et pendant tous ces grincements de dents et pleurnichades au nom de la défense de l'abattage sanglant des baleines, tout un pan de l'éco-système marin de la côte est détruit par BP et les criminels qui en sont responsables sont autorisés à cacher au public l'incinération des milliers de cadavres des victimes de leur négligence. Ces voyous du pétrole ont détruit la vie de dizaines de milliers de personnes et créé une des plus grandes catastrophes industrielles de l'histoire et aucun d’entre eux n’est inscrit sur les listes d'Interpol.

La discrimination étrange dont fait preuve l'humanité est telle que je trouve à la fois amusant et flatteur de voir le travail de Sea Shepherd reconnu de manière aussi officielle, car la vérité, c'est qu'on a rendu furieux bon nombre de personnes qui tirent profit du pillage et de la destruction de la planète.

Quand détruire des vies est bon pour l’économie, c’est bon pour la société; mais quand sauver des vies est mauvais pour l’économie, ça devient un acte d’ "éco terrorisme".

C’est toujours une question d'économie, c’est pourquoi Sea Shepherd se bat pour réduire les quotas de baleines tuées et faire en sorte que la chasse coûte plus qu'elle ne rapporte,  le but étant de couler économiquement la flotte baleinière nippone.

Il est évident que lorsque vous êtes efficaces à ce genre de travail, vous vous faites des ennemis.

Sea Shepherd a une foule d’ennemis et nous nous en faisons plus chaque année. Nos ennemis sont puissants et couvrent une gamme complète allant de gouvernements, d’entreprises et de crime organisé. Je suis même surpris que nous ayons survécus aussi longtemps.

Mais quelle est l’alternative ? Ne rien faire, être un autre esclave docile soumis au paradigme d'une cupidité aveugle ?

Non merci. Mettez mon nom sur la liste bleue, la liste rouge, la liste noire ou même celle des morts, je préfère encore ça à la liste de ceux qui n'en n'ont-rien-à-foutre.

Article traduit bénévolement par Franck-Olivier
 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact