Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Jeudi, 23 Décembre 2010 00:33

Doit-on sauver des baleines en papier, des baleines virtuelles ou de vraies baleines ?

Commentaire du Capitaine Paul Watson

Greenpeace en ZodiacEn tant que cofondateur de la Fondation Greenpeace je suis quelque peu inquiet de voir que les dirigeants de Greenpeace sont en train de perdre le sens des réalités. Greenpeace n’envoie plus de bateau dans l’Océan Austral pour défendre les baleines. Au lieu de ça ils ont inventé un jeu vidéo permettant de sauver virtuellement des baleines. Pourquoi se déplacer jusqu’aux côtes reculées, hostiles et gelées de l’Antarctique, quand il est possible de sauver des baleines sans bouger de votre salon en jouant au jeu "Sauvez les baleines" de Greenpeace ?

D'ailleurs, sachez que si vous envoyez un don à Greenpeace aujourd’hui, Greenpeace s'engage à envoyer une authentique petite baleine en papier au président Barack Obama de votre part.

Voici ce qu’affirmait dernièrement Greenpeace :

"TIl y a trente-cinq ans, Greenpeace devenait la première organisation à affronter les flottes commerciales de baleiniers en haute mer."

Et aujourd’hui, voici ce qu’ils font :

"Si vous faites un don aujourd’hui, l’équipe de Greenpeace et moi-même enverrons une baleine en papier à la Maison Blanche de votre part. Et nous ferons en sorte que tout le monde soit témoin de votre soutien en diffusant les images de ces baleines en papier tout autour du monde".

John Hocevar, directeur de la campagne Océans de Greenpeace

Bob Hunter et moi-même avons été les premiers à nous interposer entre huit cachalots et un bateau harpon soviétique, à l'époque John Hocevar avait à peine quatre ans. Toutes les personnes qui étaient avec nous ce jour-là ont quitté Greenpeace. Alors John peut continuer à clamer que Greenpeace a été la première organisation à s'opposer à la chasse commerciale baleinière et à s'inclure lui même dans ce combat originel mais moi je peux témoigner du fait que ce sont mes camarades de l'époque, les pionniers de ce combat. Parce que nous avons vu de nombreuses baleines mourir et parce que nous avons failli mourir nous mêmes, nous restons très attachés à la cause des baleines.

C’est pour toutes ces raisons que la banalisation de ce que nous avons fait, et continué à faire pendant trois décennies et demie, me met hors de moi. Pour nous les baleines ne sont pas une abstraction !!

Il y a quelques années, John Hocevar écrivait également ceci :

“J’attends avec impatience le jour où, à l’occasion de la journée mondiale des océans, je pourrai me relaxer en buvant une bière, en étant sûr que les océans vont bien. J’espère sincèrement que cela ne nécessitera ni voyage dans le temps, ni escapade inter-galactique”.

Non, il semblerait que pour John cela implique seulement des jeux vidéos et des baleines en papier.

Pourquoi est-ce que tout cela me contrarie ? Parce qu’à l’heure actuelle, Sea Shepherd envoie trois navires et 88 volontaires dans l’Océan Austral. Nous sommes déjà présents là-bas et nous y attendons les braconniers, prêts à défendre les baleines vulnérables. Nous ne rentrerons pas pour Noël, nous ne célèbrerons pas la Nouvelle Année avec nos amis et notre famille et nous ne jouerons pas à sauver les baleines en traquant des chasseurs virtuels sur un écran d’ordinateur.

Nous ne dépensons pas d’argent dans des campagnes de mails massives et nous n’envoyons pas des recruteurs, payés, dans les rues des plus grandes villes du monde pour qu’ils soutirent des dons aux passants. Et ce, sachant que cet argent servira dans une large mesure à rémunérer ces recruteurs de donateurs. Les fonds de Sea Shepherd sont dépensés dans nos campagnes parce que je sais, depuis déjà plusieurs années, qu’il y a deux types d’organisations : celles qui agissent et celles qui vous arrosent d’e-mails !

Greenpeace faisait parti des organisations qui agissent, qui envoient des bateaux, qui bataillent, qui se salissent les mains, qui sont efficaces et qui sauvent les baleines d’une morte certaine! Désormais, c’est une organisation bureaucratique qui fait des mailings, "a posing organization", qui collecte de l’argent et qui fabrique maintenant des baleines en papier !

Pendant que Greenpeace fait cela, pendant que John se relaxe en buvant une bière, nous sommes en train de traquer des baleiniers qui n’ont rien de virtuel. Cela fait sept ans que nous passons les fêtes aux confins de la planète pour défendre les baleines. Nos bateaux coûtent très cher et nous n’avons pas assez d’argent pour sillonner l'océan et intervenir partout où nous voudrions le faire. Nous bataillons pour acheminer nos bateaux, les ravitailler en carburant et en nourriture. Parallèlement, la machine à lever des fonds ultra-efficace de Greenpeace collecte des dizaines de millions de dollars en clamant que vos sous leur servira à "sauver les baleines".

Et que font-ils ? Ils envoient des baleines en papier au président des Etats-Unis ! Pas au premier ministre du Japon, ou à l’empereur du Japon, ou au premier ministre d’Islande, de Norvège ou du Danemark, mais au président d’un pays qui est déjà opposé à la chasse commerciale et qui a banni tout commerce de viande de baleine sur son territoire. Alors qu'est ce qui est dérangeant dans ce tableau ? Leur réponse est complètement déconnectée de la réalité. Et pour cause, cette campagne est avant tout un moyen pour Greenpeace de récupérer de nombreux dons à moindres frais. Pourquoi dépenser des centaines de milliers de dollars en carburant, en équipements et en provisions quand on peut faire sous-traiter à moindre frais auprès d' entreprises de mailing l'envoi de petites baleines en papier au président des Etats-Unis ?

J'imagine le président des Etats-Unis décrocher son téléphone : "Salut Naoto, excuse-moi, mais pourrais-tu rappeler à l'ordre tes chasseurs de baleines et tes massacreurs de dauphins s’il te plait ? Je suis complètement submergé de petits pliages en forme de baleine que l’on m’envoie par la poste. Très franchement, Mr le Premier Ministre, il faut faire quelque chose, je n'en peux plus. Je sais que je n’ai pas à vous donner d’ordre ,Naoto, mais Greenpeace insiste pour que je vous demande d’arrêter de tuer les baleines et les dauphins. Apparemment ils n'apprécient pas que Sea Shepherd vous donne des ordres et bloque vos bateaux. Ils disent que si vous n’arrêtez pas ce massacre, ils vont m’envoyer toujours plus de ces agaçants petits trucs en papier et s’ils continuent, je vais finir par avoir Al Gore sur le dos à cause de tout ce gâchis de papier et je n’ai vraiment pas besoin de ça, Naoto".

Début septembre, Sea Shepherd a mis en place une équipe à Taiji au Japon et nous entendons bien rester jusqu’à fin mars, période à laquelle s’achève la saison des massacres. Greenpeace n’a pas mis un pied à Taiji pour s’opposer aux tueries de dauphins et considère que ces massacres relèvent de la "tradition" et se justifient de fait. Sea Shepherd est présent dans l'archipel des Galapagos (classé patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco) depuis 1999 où nous travaillons en collaboration avec les rangers pour stopper le braconnage et le massacre des requins pour leurs ailerons. Greenpeace ne s’est jamais intéressé à la pêche aux ailerons de requins. Greenpeace ne fait rien non plus pour sauver les phoques ou pour arrêter la pêche illégale. Et Greenpeace est encore moins présent ici , dans l’Océan Austral où le massacre des baleines pourrait commencer dès la semaine prochaine. Ils ont des bateaux. Ils ont les ressources, mais ils sont trop occupés à lever des fonds ou à accrocher des banderoles quelque part.

Ce n'est pourtant pas faute de les avoir appelés à l'aide. Je leur ai exprimé notre souhait de coopérer et je leur ai dit que nous leur ferions parvenir les coordonnées des baleiniers dès que nous les aurions localisés mais ils refusent ne serait ce que de nous répondre. Je n'ai même pas eu le droit à une de leurs petites baleines en papier en guise de lot de consolation. Pourtant, puisqu'ils semblent convaincus que ces baleines en papier suffiront à pousser le président des Etats-Unis à prendre des mesures contre le Japon, ils auraient pu au moins m'en envoyer une pour me calmer.

Non, ils ne veulent pas de vos dons pour financer un bateau et un équipage chargé d’intervenir contre les baleiniers. En revanche, votre don permettra d'envoyer une petite baleine en papier à votre nom au président des Etats-Unis.

Tout ce que je sais, c’est que je suis sur un bateau dans l’Océan Austral et que les vagues fouettent la coque pendant que j'écris, assis sur ma chaise qui balance d’avant en arrière. Le vent hurle au dehors et en ce moment même quelque part sur l’océan, la flotte baleinière japonaise se dirige tout droit vers le sanctuaire baleinier de l’Océan Austral déterminée à tuer plus d’un millier de baleines.

Et où est John ? Il se relaxe en buvant sa bière, probablement après la très coûteuse fête de Noël de Greenpeace. Et le jour de Noël, quand il coupera la dinde et mettra quelques cuillères de farce dans son assiette, il sourira, se réjouissant d’être chez lui pour fêter Noël en famille. Et ce, grâce à Greenpeace qui a remplacé les véritables bateaux et la vraie passion par des jeux vidéo et des jeux de pliage.

Bien joué John ! Très bien joué !

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact