Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Dimanche, 08 Janvier 2012 01:40

Des membres de l’organisation Forest Rescue (Sauver la forêt) prennent tous les risques pour Sea Shepherd

Commentaire du Capitaine Paul Watson

Forest Rescue ServiceDe gauche à droite: Geoffrey Tuxworth, Simon Peterffy,
et Glen Pendlebury

De la forêt à l’océan, trois courageux australiens sont intervenus pour défendre les baleines.

Geoffrey Tuxworth, Simon Peterffy et Glen Pendlebury sont venus me voir à Fremantle avec une demande de soutien pour les aider à embarquer à bord du Shonan Maru #2. Ils m’ont dit: "Nous pouvons vous aider à empêcher ces braconniers de vous suivre".

Ce navire tristement célèbre était amarré à 14 miles de Fremantle, attendant tranquillement que le Steve Irwin appareille pour reprendre à nouveau sa poursuite de l’équipage de Sea Shepherd vers l’Océan Austral.

Le Shonan Maru #2, le navire qui il y a deux saisons coupait l’Ady Gil en deux, le détruisant complètement. C’est aussi le navire qui a fait prisonnier Pete Bethune, ce néo-zélandais qui l’avait abordé après que son bateau ait été détruit. Ce même navire dont le Capitaine et l’équipage ont refusé de coopérer avec les autorités australiennes et néo-zélandaises lors de l’enquête sur la destruction de l’Ady Gil. Ce navire, toujours qui était à présent caché aux abords de Fremantle, défiant l’ordonnance de 2008 de la Cour Fédérale australienne qui interdit à tout baleinier japonais d’évoluer dans les eaux australiennes.

Ce même navire, dont la porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères, Kevin Rudd, a dit qu’il "n’est pas le bienvenu".

“Le gouvernement a exprimé plusieurs fois ses inquiétudes au gouvernement japonais" a-t-elle dit. "De plus, si le navire japonais devait accoster en Australie, les autorités compétentes auraient le droit d’inculper le commandant pour violation de la loi australienne."

Le Shonan Maru#2 a pris en chasse le Steve Irwin et le Brigitte Bardot pendant 1200 miles de l’Océan Austral à Fremantle. Sa mission est de poursuivre le Steve Irwin et d’empêcher Sea Shepherd de s’approcher de l’énorme abattoir de baleines flottant qu’est le Nisshin Maru.

"Notre gouvernement ne fait rien alors qu’ils sont là, tout près, se comportant en propriétaires des lieux, avec un vaisseau armé protégé par des officiers des gardes-côtes japonais" dit Simon Peterffy. "Nous sommes en Australie, ces tueurs de baleines n’ont pas le droit d’être ici et le gouvernement se dégonfle en ne faisant rien à ce sujet. On voudrait l’aborder. Peut-on compter sur votre soutien?"

Je leur ai répondu qu’il y avait la possibilité que leur gouvernement ne réponde pas et qu’ils puissent être transportés jusqu’au Japon comme prisonniers. Leur réponse a été: "Et bien si c’est ce qu’il faut faire, c’est que nous ferons, quelqu’un doit bien faire le boulot que le gouvernement ne fait pas."

Et donc il a été convenu que les trois hommes seraient rejoints par deux bateaux pneumatiques de Sea Shepherd à quelques 16 miles de la côte, près de Bunbury, Western Australia. Au sein de la zone contigüe australienne.

La zone contigüe australienne est adjacente à ses eaux territoriales, s’étendant à 24 miles nautiques depuis la base des eaux territoriales. Dans cette zone, l’Australie peut exercer le contrôle nécessaire pour prévenir ou punir les infractions douanières, fiscales, liées aux lois de l’immigration ou d’ordre sanitaire, et manquements aux règlementations. Il est clairement indiqué que l’Australie décide de qui peut entrer et quitter l’Australie. Le Japon n’a pas autorité pour soustraire un citoyen australien de cette zone sans la permission du gouvernement australien.

C’est dans cette zone que le Steve Irwin a lâché les bateaux et les a fait se déployer sur 12 miles derrière et autour du Shonan Maru #2. C’était une pleine lune mais les nuages couvraient la surface de la mer d’un noir d’encre.

Ils ont disparu dans l’obscurité alors que l’équipage du Steve Irwin les guidait à l’aide de téléphones satellite, vers la cible indiquée par le radar.

Le Steve Irwin a annoncé sur le site Web de Sea Shepherd que le navire avait un problème au niveau du moteur et devait s’arrêter pour réparer, sachant parfaitement que les baleiniers japonais surveillent le site web. Quand le Steve Irwin a stoppé au plus sombre de la nuit, avec les lumières de Bunbury dans le lointain, le Shonan Maru #2 s’est arrêté à environ 12 miles et s’est laissé dériver.

Nous savions pertinemment que cela n’allait pas être simple. Le Shonan Maru #2 était hérissé de longues pointes qui dépassaient tout autour du navire. Entre les pointes, du fil barbelé. Il y avait aussi des officiers des gardes-côtes japonais armés à bord, habillés de noir de la tête au pied, jusqu’au visage masqué les faisant ressembler à des Ninjas sortis d’un mauvais film d’arts martiaux ; regardant à travers la fente de boucliers antiémeutes.

Le trio de Forest Rescue a étudié sur des photos les défenses du Shonan Maru #2 et a dit "pas de problème".

Alors que les officiers de quart du Steve Irwin surveillaient le Shonan Maru #2 sur l’écran radar, nous attendions tous avec excitation des nouvelles des bateaux.

Le téléphone sonna. Mauvaise nouvelle! L’un des bateaux de Sea Shepherd avait eu une panne de moteur et ne pouvait plus avancer. J’ai pris la décision de continuer avec le Delta et de laisser l’autre dériver. Je leur ai dit: "Allez jusqu’au bout de votre mission".

Le Delta a redémarré avec encore 5 miles à parcourir alors que l’aube commençait à pointer à l’Est.

La cible sur l’écran du radar ne bougeait pas.

Tout à coup, le Shonan Maru #2 a commencé à se déplacer, à se déplacer rapidement. D’une dérive à 5 nœuds à une vitesse de 17 nœuds. Nous avons compris qu’ils nous avaient découverts, mais était-ce avant ou après qu’ils aient réussi à monter à bord?

Quelques minutes plus tard, nouveau coup de téléphone. C’était le Delta. "Les trois hommes sont à bord du Shonan Maru #2".

Le bateau était à l’arrêt lorsqu’ils se sont approchés. Il y avait un garde sur le pont arrière. Mais avant qu’il n’ait pu atteindre le bord, l’équipage a trouvé une petite brèche dans le barbelé. Chad Halstead, qui pilotait le Delta, a poussé le nez du bateau dans un espace entre deux pointes et les trois hommes ont grimpé à travers la brèche et jusqu’au pont juste au moment ou le navire a mis les gaz.

Le trio de Forest Rescue a forcé les défenses de sécurité du vaisseau de la flotte baleinière japonaise, chose que les japonais avait juré ne plus voir se reproduire après que Pete Bethune l’ai fait en 2010.

L’objectif de Sea Shepherd est de retourner vers le sanctuaire des baleines de l’Océan Austral pour seconder le Bob Barker dans sa poursuite de la flotte baleinière japonaise. L’objectif du Shonan Maru #2 est de poursuivre le Steve Irwin dans le but de nous empêcher de trouver le Nisshin Maru. L’objectif des trois hommes de Forest Rescue retenus prisonniers sur le navire japonais est de perturber leur poursuite illégale du Steve Irwin dans les eaux australiennes et de permettre ainsi au Steve Irwin de continuer sa route vers le sanctuaire des baleines de l’Océan Austral, afin de seconder les efforts du Bob Barker dans la poursuite de la flotte baleinière japonaise.

 

 

Divine Wind
 

Visitez le site de
l'Opération Divine Wind
pour suivre les informations concernant notre campagne de défense des baleines de l'Antarctique 2011-12

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact