Commentary and Editorial

rss_icon_14Get RSS for this page now!  Sign up via My Sea Shepherd

Imprimer
Mardi, 17 Janvier 2012 15:06

Beaucoup de bruit pour rien

Le Procureur Général Australien Bafoue les Défenseurs des Baleines

Commentaire par le Capitaine Paul Watson

Le premier ministre et le procureur général australiens ont fait beaucoup de bruit au sujet du coût de l’opération de récupération des trois militants de Forest Rescue qui ont abordé le Shonan Maru No.2 dans la zone contigüe Australienne. A entendre ces deux là, on pourrait penser que le Trésor est ruiné et que les contribuables devraient manifester vigoureusement leur indignation face à un tel gâchis.

Il ne s’agit ici que d’une tentative hypocrite de diabolisation afin de retourner l’opinion publique contre cette action de protestation effectuée par Geoffrey Owen Tuxworth, Simon Peterffy, et Glen Pendlebury.

Tout cela n’est que gesticulation politique bien sûr. Le Premier ministre Julia Gillard et le Procureur Général Nicola Roxon usent tout simplement de leur position au pouvoir pour intimider trois citoyens qui ont osé exercer leur passion pour la défense contre la destruction des écosystèmes de nos forêts et océans.

Aujourd’hui, le Procureur Général a été montré du doigt par le département des finances pour n’avoir pu justifier ses dépenses. Le montant en question s’élève à 190.500,00$.

Qu’avez-vous dit Nicola? Le coût de la récupération de trois citoyens australiens détenus sur un navire de la flotte baleinière dans les eaux territoriales australiennes se situe "autour de 200.000,00$". Il semblerait que le montant des fonds dont elle n’a pu justifier la dépense est à quelques dollars prêts du même ordre.

Et bien sûr il y a le fait que l’Ocean Protector est resté au port depuis quelques années, alors que le gouvernement avait promis de l’envoyer surveiller la chasse à la baleine dans l’océan Austral; Une grosse somme d’argent a ainsi été économisée, alors on serait en droit de demander qu’un petit pourcentage de cette somme soit utilisé pour quelque chose en rapport avec la défense des baleines, comme promis.

Le Procureur Général a déclaré que l’Ocean Protector a été appelé loin de ses fonctions de lutte anti braconnage pour aller libérer les militants à bord du navire japonais. Quelles fonctions de lutte anti braconnage? Les braconniers sont dans l'océan Austral, battant pavillon japonais et tuent des baleines dans le Sanctuaire baleinier de l'océan Austral et dans les eaux territoriales australiennes de l’Antarctique.

Qu’est-ce que les australiens en pensent réellement? Sont-ils aussi outrés que ce que le procureur général veut nous faire croire?

Un sondage du 17 janvier effectué par la chaine ABC News semble suggérer le contraire:

Sondage de la chaîne d’informations radiodiffusées ABC concernant les militants de Forest Rescue

Fauteurs de trouble cinglés
10.9%
Héros 72.6%
Bandits 3.1%
Bons samaritains bien intentionnés
13.4%

C’est pour des raisons politiques que le Premier Ministre et le Procureur Général ont montré du doigt les activistes de Forest Rescue à propos du coût de leur libération. Leur souhait est de les diaboliser, de même que Sea Sheperd pour les avoir aidés.

Le gouvernement n’a rien trouvé à dire lorsque le navigateur Tony Bullimore à été sauvé dans l’océan Austral pour un coût de 7 millions de dollars en 1997.

Bullimore a même vendu son histoire pour un million de livres sans rembourser au gouvernement un seul centime pour son sauvetage.

En fait, voici ce que l’Autorité Maritime Australienne de Sécurité trouva à dire lorsque Bullimore fit une nouvelle tentative dans ce même Océan Austral:

La porte-parole du centre de coordination des Autorités de sûreté maritime australiennes, Tracey Higgins, a déclaré que les autorités étaient confiantes dans le fait que Mr Bullimore serait mieux préparé pour sa prochaine aventure. "Quoi qu’il en soit, c’est à lui de juger si ce qu’il fait est juste ou pas."

Ms. Higgins a indiqué que les autorités n’hésiteraient pas à se porter à son secours s’il en avait besoin. "S’il y a un problème, un incident, ou s’il est en difficulté et qu’il est dans notre région de sauvetage et de secours, nous ferons face à la situation comme nous le ferions pour n’importe qui d’autre", a-t-elle déclaré.

Et je suis d'accord avec elle. L'an dernier, Sea Shepherd a passé trois jours et dépensé plus de 50,000 $ à la recherche de survivants d'un yacht norvégien perdu dans le détroit de McMurdo. Nous n'avons pas demandé de compensation, pas plus que nous ne nous sommes lamentés ou plaints de la somme que cela a coûté.

N’oublions pas que le procureur général avait le choix. Elle aurait pu insister pour que le navire japonais ramène ces hommes en Australie ou elle aurait pu leur demander d’amener les hommes jusqu’au Steve Irwin sans que cela coûte un seul dollar aux contribuables. Au lieu de ça, elle a choisi l’option la plus coûteuse.

En 2008, la Marine Australienne a parcouru 900 milles au sud de Perth (la même distance que pour récupérer les trois hommes de Forest Rescue) pour sauver le navigateur français Yann Elies. Pas un mot n'a été dit au sujet du coût pour le contribuable.

En 1995, la navigatrice française Isabelle Autissier a été secourue 900 milles nautiques au sud d'Adélaïde quand son bateau a démâté au cours du BOC Challenge. Aucune plainte de Canberra à ce sujet.

Il y a eu aussi de coûteuses opérations de sauvetage de pêcheurs dans l'Océan Austral.

Maintenant je sais que les plaisanciers et les pêcheurs sont impliqués dans des activités beaucoup plus importantes que de sauver les baleines et protéger la souveraineté territoriale australienne, donc je suppose que cela explique pourquoi on ne leur a pas demandé de rembourser les contribuables australiens de ces coûts.

Et bien sûr, l'autre grande différence est que les fonds dépensés l’ont été pour sauver des plaisanciers et des marins étrangers et non pas des australiens, donc peut-être que seuls les citoyens australiens doivent s'inquiéter d'être réprimandés quand l'argent des contribuables australiens est dépensé.

En fin de compte, si le gouvernement australien avait honoré sa promesse de 2007, personne n’aurait eu besoin d’aborder des navires japonais se trouvant illégalement à l’intérieur des eaux territoriales australiennes et Sea Shepherd n’aurait pas eu à se rendre dans l’Océan Austral pour faire le travail qu’un gouvernement signataire de lois internationales en matière de conservation devrait faire.

Le Procureur Général devrait prendre un moment pour faire la liste de ce qu’elle a bien pu faire de 190.000,00$ de frais, plutôt que d’intimider trois courageux héros australiens qui ont eu la bravoure de défier les braconniers japonais dans les eaux australiennes.

 

Divine Wind

Visitez le site de
l'Opération Divine Wind
pour suivre les informations concernant notre campagne de défense des baleines de l'Antarctique 2011-12

 

Sea Shepherd welcomes your support. To support our
conservation work, please visit our donation page.


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact