Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Mercredi, 10 Décembre 2014 13:44

Réponse au Premier Ministre des îles Féroé

Des enfants assistant à un Grind aux îles FéroéLe Premier Ministre des îles Féroé, Kaj Leo Holm Johannesen, a publié une lettre déclarant que "les actions illégales contre la chasse baleinière (et aux dauphins) durable aux îles Féroé ne seront pas tolérées". Sea Shepherd Conservation Society n’a rien à objecter à cette déclaration, tout d’abord parce qu’il n’existe plus nulle part sur la planète de chasse baleinière durable, il n’est donc pas possible d’être opposé à quelque chose qui n’existe pas.

Ensuite, Sea Shepherd n’a pas, et n’a jamais eu, l’intention d’enfreindre la loi féringienne. J’ai répondu ci-dessous point par point au Premier Ministre.

Premier Ministre: Les actions illégales contre la chasse baleinière durable aux îles Féroé ne seront pas tolérées.

Tout en reconnaissant le large intérêt international pour les baleines et la chasse baleinière en général, et la chasse féringienne aux globicéphales en particulier, le gouvernement des Féroé souligne l’importance qu’il a toujours accordée au dialogue, à la liberté de parole et au droit de tous les citoyens, des Féroé comme des autres pays, d’exprimer ouvertement leur opinion.

Capitaine Paul Watson: Le gouvernement féringien refuse de rencontrer Sea Shepherd sur ce sujet depuis 1985, lorsque le Premier Ministre Atli Dam nous a informés qu’il n’y avait pas matière à discuter puisque le Grind est un don de Dieu et que, par conséquent, il ne pouvait y avoir aucun débat. Une discussion ouverte avec le gouvernement n’est possible que si les deux parties reconnaissent que le Grind est humain, nécessaire et durable. La position de Sea Shepherd est qu’il n’est ni humain, ni nécessaire, ni durable.

Premier Ministre: Cependant, les autorités féringiennes ne toléreront aucune interruption de la chasse aux globicéphales aux îles Féroé, qui est une exploitation légale, entièrement réglementée et durable d’une ressource naturelle abondante. Les globicéphales des eaux féringiennes continuent à apporter une source précieuse de nourriture aux habitants de notre pays dépendant de la mer, comme cela se fait depuis des siècles.

Capitaine Paul Watson: Il n’y a aucune preuve que les populations de globicéphales soient abondantes, et il n’y a aucune preuve non plus démontrant la durabilité. Les chasseurs féringiens ne font que transformer leurs opinions en faits. La chasse n’est pas réglementée, car chaque groupe de cétacés qui passe peut être abattu sans discrimination. Et bien que cela puisse être légal selon le droit féringien, c’est illégal selon les règles de l’Union Européenne, or le Danemark est membre de l’Union Européenne. Les Féringiens reçoivent des subventions de l’Union Européenne. Sea Shepherd pense que le soutien et la complicité du Danemark dans le massacre des globicéphales sont illégaux, et qu’envoyer des subventions de l’Union Européenne aux îles Féroé est tout aussi illégal. Sea Shepherd agit en ce moment par voie juridique et législative pour mettre fin à ce que Sea Shepherd considère comme une activité illégale. Non seulement la viande de globicéphale n’est pas nécessaire comme source d’alimentation pour les Féringiens, mais en plus elle est très toxique, par conséquent ce n’est pas une source d’alimentation qui convient aux êtres humains. De manière irresponsable, on donne de la viande toxique de globicéphale aux enfants féringiens ce qui, pour Sea Shepherd, est de la maltraitance.

Premier Ministre: Toute viande implique l’abattage d’animaux. Mais de nos jours, dans les pays industrialisés, la plus grande partie de la production de viande est bien cachée aux yeux du public. La chasse féringienne aux globicéphales, par nature, se déroule à l’air libre, dans des baies agréées des côtes féringiennes. Cela fait des années qu’elle est montrée et débattue ouvertement au niveau international,en tant qu’élément unique du mode de vie féringien.

Capitaine Paul Watson: L’abattage des animaux peut paraître caché dans les pays industrialisés, mais il est bien connu et une grande partie du public a pris conscience des méthodes utilisées. Cependant, aussi violentes et sanglantes que puissent être des vidéos tournées dans un abattoir, aucun abattoir du "monde civilisé" ne peut provoquer le stress prolongé qui est infligé à ces êtres sensibles, très intelligents, conscients et socialement complexes - sans se mettre en infraction. Au cours de ces massacres de dauphins, des membres d’une même famille sont abattus les uns devant les autres, sous les yeux de leurs parents qui les voient, les entendent et les sentent. Le rabattage peut durer plusieurs heures et l’abattage d’un groupe dure de longues minutes. Le plus souvent la mise à mort est faite par des amateurs, et bien souvent ces amateurs sont visiblement ivres. Pour ce qui est des abattoirs où sont tués les animaux de ferme, les enfants ne sont pas autorisés à assister à l’abattage des animaux et à chevaucher les cadavres comme c’est les cas lors de la mise à mort des globicéphales et autres dauphins des îles Féroé. De plus, les globicéphales sont des animaux sauvages dont le nombre, le comportement, les schémas migratoires et les interactions sociales sont encore largement méconnues. Ils sont également soumis à des dangers et menaces extérieures (pollution, raréfaction des proies, captures accidentelles…). En ce sens, comparer des globicéphales à des animaux domestiques est absurde.

Premier Ministre: Le samedi 30 août, des activistes représentant Sea Shepherd Conservation Society ont tenté d’interrompre un rabattage dans la baie de Sandur sur l’île de Sandoy, à la fois depuis le rivage et en mer. La police a géré la situation avec calme et efficacité, évitant ce qui, sinon, aurait pu devenir une situation dangereuse pour les activistes eux-mêmes, qui opéraient dans un environnement côtier qui ne leur était pas familier. Leurs actions ont peut-être effectivement perturbé les procédures organisées du rabattage des baleines, en tout cas elles les ont prolongées. 14 activistes ont été incarcérés et tous ont été remis en liberté dans les 24 heures et convoqués à une audience de la cour de justice des îles Féroé pour infraction à la réglementation baleinière. Les bateaux utilisés pendant cet incident ont été confisqués, en attente de procédures judiciaires ultérieures.

Capitaine Paul Watson: Le Premier Ministre n’a pas prêté attention aux décisions de la justice danoise. Les trois bateaux de Sea Shepherd confisqués le 30 Août dernier nous ont été rendus. La Cour a jugé qu’il n’était pas possible de prouver qu’il était dans l’intention de l’équipage d’interrompre le massacre. Sauf preuve du contraire, ils étaient là pour le filmer. Les Féringiens cherchent à interdire aux personnes extérieures de voir et montrer le massacre. Les actions engagées contre Sea Shepherd étaient discriminatoires. Le Maître du Grind n’avait pas pris la décision d’interdire le secteur, et les seules personnes à qui la police interdisait d’approcher étaient les gens de Sea Shepherd. La Cour a jugé que les actions de la marine danoise n’étaient pas conformes au droit. Cet incident est précieux pour Sea Shepherd car il met en évidence la complicité de la marine danoise qui apporte son soutien à un massacre des baleines qui est illégal selon la loi danoise.

Premier Ministre: Le groupe de 33 baleines s’est échoué à Sandur et a été tué rapidement conformément à la réglementation. La viande et la graisse ont été distribuées gratuitement aux habitants du lieu et aux participants à la chasse, comme c’est l’usage. La chasse aux globicéphales aux îles Féroé est l’un des exemples les mieux connus du monde de l’exploitation d’une ressource naturelle renouvelable, avec des registres annuels qui remontent à 1584 et une prise moyenne de 800 baleines par an sur le long terme, pour une population estimée par des scientifiques internationaux à 128000 dans le secteur étudié, Islande/îles Féroé.

Capitaine Paul Watson: Les volontaires Sea Shepherd ont assisté au massacre et ont rapporté qu’en fait il a été cruel, avec beaucoup de stress et d’horribles cris de douleur des globicéphales. En ce qui concerne les registres, ceux de l’abominable traite négrière étaient tenus méticuleusement et rapportaient eux aussi que les esclaves étaient une ressource naturelle, que leurs souffrances étaient minimales et qu’en outre ils n’étaient pas vraiment humains, sans aucune des émotions qui auraient pu amener un Blanc à s’en soucier. La traite était une tradition elle aussi et, tout comme le Grind, elle était considérée comme un "don" de Dieu. On citait aussi la Bible pour justifier l’esclavage.

Premier Ministre: Des actions illégales et potentiellement dangereuses de Sea Shepherd Conservation Society, associées à des tentatives de diffuser délibérément des informations trompeuses dans les médias, ont été la marque de fabrique de ce groupe depuis plusieurs dizaines d’années. Ils ont ciblé de façon répétitive et offensive non seulement les Féroé, mais aussi beaucoup d’autres pays et communautés qui dépendent de l’exploitation durable des ressources de la mer. Ce qui est peut-être encore plus grave, c’est le manque total de respect de ce groupe pour le droit des pays et des peuples du monde d’exploiter durablement leurs ressources naturelles, qui leur est reconnu par la loi internationale et les déclarations et les résolutions de l’ONU.

Capitaine Paul Watson: Sea Shepherd n’a diffusé aucune information trompeuse. Ce que dit le Premier Ministre, c’est que les informations de Sea Shepherd ne concordent pas avec les informations officielles du gouvernement et des baleiniers féringiens. Sea Shepherd dit que les globicéphales sont en danger. Les chasseurs disent le contraire. Mais ils n’ont aucune preuve scientifique démontrant que les globicéphales ne sont pas en danger, ou que les populations sont abondantes ou durables. Sea Shepherd invoque le principe de précaution. Sea Shepherd déclare sur la base de de ses propres observations que la mise à mort est stressante et cruelle. Les chasseurs disent le contraire. Sur ce point, Sea Shepherd a des preuves audio et vidéo. Sea Shepherd pense que ce massacre est illégal. Les Féringiens disent qu’il est légal. Encore une fois, tout dépend des lois sur lesquelles on se base. La désinformation, ce n’est pas la même chose que la divergence d’opinions. Et effectivement, Sea Shepherd cible de façon répétitive et offensive tout pays, toute communauté ou toute corporation qui tue illégalement des animaux sauvages marins, et Sea Shepherd continuera toujours à le faire. Sea Shepherd aussi est préoccupé par le manque total de respect des baleiniers et du gouvernement féringien pour les droits des cétacés dans les océans du monde. Ce ne sont pas des ressources naturelles. Ce sont des individus sensibles très intelligents, conscients, vivant en nations socialement complexes. Sea Shepherd agit pour défendre et protéger les cétacés en danger et menacés en accord avec les principes établis par la Charte mondiale de la nature des Nations Unies et Sea Shepherd agit pour que la convention de Berne interdisant de tuer des cétacés en Europe soit respectée.

Premier Ministre: Sea Shepherd Conservation Society est depuis longtemps interdit de participation aux réunions de la Commission baleinière internationale (CBI). Leur comportement dangereux dans l’océan Austral a généré nombre de résolutions adoptées par tous les états membres de la CBI au fil des ans, y compris par le Danemark, condamnant des actions qui mettent des vies humaines et des biens en danger en lien avec des activités maritimes. Tout dialogue avec Sea Shepherd Conservation Society a été rendu impossible depuis longtemps à cause de leurs actions illégales et offensives et le comportement de leurs représentants.

Capitaine Paul Watson: Ce comportement "dangereux" a été justifié par la décision de la Cour internationale de justice en 2014 lorsqu’elle a jugé que la chasse baleinière "scientifique" japonaise était frauduleuse et donc illégale. La CIJ a également interdit la chasse baleinière japonaise dans le Sanctuaire baleinier de l’océan Austral. Sea Shepherd n’a pas à s’excuser d’avoir sauvé la vie de plus de 6000 baleines menacées par les activités baleinières illégales du Japon. Le Premier Ministre omet de mentionner que la CIJ a aussi condamné les baleiniers japonais pour des actions qui mettent des vies humaines et des biens en danger en lien avec des activités maritimes. C’est le Japon qui a détruit un navire et qui a refusé de coopérer lors de l’enquête sur la destruction de ce bateau. Les actions de Sea Shepherd dans l’océan Austral ont accompli tout ce que le dialogue entre les pays, dont les membres de la Commission baleinière internationale, ont été incapables de faire – faire cesser le massacre illégal des baleines par le Japon. Un policier devrait-il user du dialogue pour arrêter un cambriolage de banque ou doit-il se montrer offensif contre le cambrioleur?

Premier Ministre: Le gouvernement des Féroé continuera à promouvoir l’ouverture, l’information factuelle et la discussion rationnelle et documentée sur les baleines et la chasse baleinière aux îles Féroé. Toute personne intéressée doit pouvoir disposer d’une base fiable et factuelle à partir de laquelle elle pourra se former une opinion sur la place de la chasse aux globicéphales dans la société féringienne d’aujourd’hui.

Capitaine Paul Watson: Sea Shepherd continuera à combattre le massacre illégal, cruel et non nécessaire de cétacés par quiconque et pour quelque raison que ce soit, où que ce soit. Nous continuerons à le faire dans la légalité et sous contrôle.

J’ai donné une interview le 4 décembre à la télévision féringienne au sujet de la position de Sea Shepherd sur une loi que le parlement féringien vient apparemment de voter et qui interdira à Sea Shepherd d’entrer aux Féroé en 2015. Je ne vois pas bien comment cela se traduira dans la pratique si les Féroé souhaitent rester la société libre et démocratique qu’ils affirment être. Ceux qui s’opposent au massacre viennent du monde entier y compris d’Europe et du Danemark. Ce sont des volontaires et donc des citoyens libres. Ce ne sont pas des employés de Sea Shepherd. Est-ce que la police féringienne compte interroger chaque touriste qu’elle suspectera d’être un activiste de Sea Shepherd? Vont-ils interdire les t-shirts Sea Shepherd, les drapeaux et les blousons?

Quoi qu’ils décident de faire, ce sera intéressant et cela posera de nouveaux défis à tous ceux qui veulent faire cesser la brutalité, la barbarie et l’illégalité de ces meurtres en masse de cétacés.

Sea Shepherd s’oppose activement à ce massacre depuis plus de trente ans et continuera à le faire pendant trente nouvelles années si c’est nécessaire, mais Sea Shepherd n’est pas une organisation qu’on peut arrêter facilement par l’intimidation ou par la force. Sea Shepherd est un mouvement, et un mouvement n’a pas de tête qui puisse être coupée, par conséquent on ne peut pas l’arrêter.

L’horreur du Grindadrap (littéralement : meurtre de baleines) trouvera toujours l’opposition des gens de compassion venant du monde entier. L’empathie n’a pas de frontières et c’est une force qui inspire courage et imagination.

Le Premier Ministre est dans la position inconfortable de devoir prendre la défense de l’horreur de la cruauté et de la mort que ses compatriotes infligent à ces êtres doux, et nous en sommes vraiment navrés pour lui.

Quant à nous, nous avons la joie de savoir qu’en prenant la défense de la vie et en bravant la cruauté, nous sommes les anges gardiens de créatures qui ne peuvent se défendre elles mêmes.

Si les Féringiens croient que Dieu leur a donné les baleines et les dauphins pour qu’ils les tuent, nous pouvons tout aussi bien croire que ses anges ne sont pas d’accord avec lui, et qu’en défendant la vie au nom de la bonté, nous faisons le travail des anges, car les ailes des anges ne sont jamais souillées de sang, alors que les démons de Satan se vautrent dans le sang par pur plaisir.

Nous avons vu la soif de sang dans les yeux des baleiniers. Nous les avons vus se vautrer dans les immondices fumants, les mains et le visage barbouillés de sang. Nous les avons entendus rire de plaisir pendant que l’air résonnait des cris des baleines à l’agonie, et ceux qui ont été témoins de tant de barbarie ont ressenti un frisson nauséeux de dégoût vibrant à l’intérieur même de leur âme, attisant une passion qui ne mourra jamais tant que le crime sanglant contre ces êtres magnifiques continuera.

Monsieur le Premier Ministre, nous demander d’abandonner ces créatures, c’est comme si on avait demandé aux anti-esclavagistes d’abandonner les victimes de l’esclavage.

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact