Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Samedi, 07 Mars 2015 05:45

Interpol recueille les preuves de Sea Shepherd à l’encontre du Thunder

Le capitaine Sid Chakravarty, les représentants locaux et internationaux d’Interpol et des membres des autorités locales. Photo: Jeff Wirth Le capitaine Sid Chakravarty, les représentants locaux et internationaux d’Interpol et des membres des autorités locales. Photo: Jeff Wirth Hier, le capitaine Sid Chakravarty et l’équipage du Sam Simon ont remis l’ensemble des preuves impliquant le Thunder dans des activités de pêche illégale dans l’océan Austral. Ce navire battant pavillon nigérian est recherché par Interpol.

Les derniers éléments à charge, dont des sections du filet maillant illégal, des bouées, des lignes et des manilles d’ancrage, ont été saisis par les autorités de Port Louis, Ile Maurice, sous la direction d’un officier de la police criminelle d’Interpol.

La police locale, les garde-côtes, la police scientifique, des membres du ministère mauricien des pêches, ainsi que d’autres représentants locaux et internationaux d’Interpol, ont travaillé de concert pour mener l’enquête à son terme.

Le capitaine Chakravarty a déclaré : "Nous sommes parvenus au terme d’une coopération particulièrement fructueuse avec Interpol et les autorités mauriciennes. Les procédures judiciaires ont été menées avec une rigueur irréprochable, qui reflète la gravité des infractions commises par le Thunder. Face à la forte mobilisation des forces de police nationale et internationale et devant les preuves apportées par les équipages infatigables de Sea Shepherd au cours des trois derniers mois, le Thunder arrive au terme de sa longue et funeste existence."

Le Sam Simon est arrivé à l’Ile Maurice mercredi dernier. Le capitaine Chakravarty et l’équipage du navire de Sea Shepherd assistent depuis les autorités dans leurs investigations concernant les activités de pêche illégales du Thunder.

En décembre 2013, le Thunder a été inscrit sur la liste mauve d’Interpol, pour soupçon de pêche illégale, après un effort conjoint de la Nouvelle-Zélande, de l’Australie et de la Norvège.

Le Bob Barker a intercepté le Thunder le 17 décembre 2014 au Banc Banzare, en Antarctique. Le Thunder avait immédiatement tenté d’échapper au bateau de Sea Shepherd, laissant derrière lui des kilomètres de matériel de pêche illégal dans l’océan Austral.

le Bob Barker entame aujourd’hui le 79ème jour de poursuite ininterrompue du bateau braconnier.

Sea Shepherd travaille avec les autorités pour rassembler les derrières preuves de la pêche illégale menée par le Thunder. Photo: Jeff WirthSea Shepherd travaille avec les autorités pour rassembler les derrières preuves de la pêche illégale menée par le Thunder. Photo: Jeff Wirth Le capitaine du Bob Barker, Peter Hammarstedt, a déclaré : "Après une telle réaction des forces de l’ordre nationale et internationale à Maurice, nous sommes plus que jamais déterminés à maintenir notre pression sur le Thunder, pour assurer sa remise aux mains des autorités du prochain port et pour faire en sorte que la loi condamne ces criminels le plus sévèrement possible."

Le 25 décembre 2014, le Sam Simon a commencé à remonter le matériel de pêche illicite abandonné par le Thunder dans les eaux du banc Banzare. Plus de 72 kilomètres de filets maillants illégaux ont été récupérés en trois semaines et plus de 1400 poissons, d’un poids total de 45 tonnes, ont été remis à l’eau.

Le Thunder est le plus célèbre des six navires de braconnage connus pour pratiquer encore la pêche illégale, non déclarée et non régulée de la légine dans l’Océan Austral.

Les braconniers de légines sont la cible de l’Opération Icefish, la 11ème campagne de défense de l’Océan Austral de Sea Shepherd.

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact