Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Mardi, 22 Décembre 2015 03:17

Capture brutale et massacre d’un grand groupe de Tursiops dans la tristement célèbre baie de Taiji

Des chasseurs poussent un dauphin dans les filets -Photo : Sea ShepherdDes chasseurs poussent un dauphin dans les filets - Photo : Sea ShepherdUn grand groupe d’environ 85 à 90 Tursiops a été rabattu dans la tristement célèbre baie de Taiji, au Japon, le dimanche 20 décembre (heure locale), et y a été maintenu captif pendant 2 nuits par les chasseurs, sans nourriture ni abri. Les cétacés ont ensuite dû endurer le processus brutal de la sélection et assister au massacre des membres de leur famille. Au total, 30 dauphins ont été capturés et 28 à 30 autres ont été tués.

Le dimanche 20 décembre (heure locale), le groupe a été localisé par les chasseurs de l’Union des Pêcheurs de Taiji. Alors que les dauphins s’efforçaient d’échapper aux bateaux de pêche, ils ont été séparés en 3 groupes et rabattus dans les eaux peu profondes de la baie, où le groupe entier a été réuni et encerclé par des filets pour pallier toute échappatoire. Terrifiés, les Tursiops, dont des bébés et des juvéniles qui se cramponnaient à leurs mères, ont été laissés toute la nuit dans la baie, sans nourriture ni abri, pour affronter les horreurs du lendemain matin.

Le lundi 21 décembre (heure locale), les chasseurs et les dresseurs sont revenus dans la baie et ont commencé leur violent processus de sélection pour l’industrie de la captivité, qui s’est soldé par le nombre ahurissant de 25 captures. Certains cétacés n’ont pas supporté cette épreuve insoutenable et sont morts noyés dans la baie. Les dauphins ainsi arrachés à l’état sauvage connaîtront bientôt une vie entière d’enfermement, dans des parcs aquatiques ou autres aquariums situés au Japon ou à l’autre bout du monde. À la fin de cette journée, les Tursiops encore présents dans la baie, épuisés et à la recherche des membres disparus de leur famille, ont passé une nouvelle nuit dans les eaux de Taiji.

Le processus de sélection a repris le 22 décembre (heure locale). Cinq autres dauphins ont été faits captifs, tandis que d’autres sont décédés sous les bâches ou durant le processus de sélection. Au total, 28 à 30 cétacés ont été tués en 2 jours. Certains ont été massacrés, d’autres ont succombé à la violence des captures. Les Gardiens de la Baie de Sea Shepherd ont aperçu des chasseurs en train de consommer froidement de la viande fraîche de dauphins devant l’abattoir de Taiji, juste après ces atrocités.

Les 25 à 30 Tursiops encore en vie ont été reconduits à la mer, se hâtant de nager vers le large, loin de cette baie mortelle. Certains étaient de jeunes dauphins qui ont peiné à suivre le rythme chaotique de cette reconduite à la mer, au sein d’un groupe décimé et effrayé. Il n’est pas rare d’assister à la reconduite à la mer de bébés et jeunes dauphins par les chasseurs de Taiji, après le massacre du reste de leur famille, car ils sont trop petits pour fournir suffisamment de viande. Malgré les chances infimes de survie de ces jeunes Tursiops, dorénavant livrés à eux-mêmes, les chasseurs ne les comptabilisent pas dans leur quota auto-défini de dauphins tués pour la saison.

Bien que les pêcheurs de Taiji soutiennent que les massacres et le processus de sélection pour la captivité n‘interviennent pas au même moment, les Gardiens de la Baie de Sea Shepherd ont filmé à de nombreuses reprises les chasseurs et les dresseurs travaillant côte à côte pour sélectionner les plus "beaux" dauphins (ceux sans cicatrices visibles) pour l’industrie de la captivité, tout en massacrant simultanément les autres membres de leur groupe. Les dauphins faits captifs sont obligés de nager dans le sang des membres de leur famille. C’est l’industrie rentable de la captivité qui incite à poursuivre la chasse au rabattage. L’Opération Henkaku, la campagne de défense des dauphins de Taiji de Sea Shepherd pour la saison 2015−2016, a donc décidé de se concentrer sur la sensibilisation du grand public au lien inextricable qui unie la captivité et les massacres de dauphins.

"Les Tursiops représentent une prise lucrative pour les chasseurs et les dresseurs de Taiji, car ils sont très demandés par les parcs aquatiques du monde entier. Ces dauphins, qui nageaient librement dans les océans il y a encore quelques jours, ont vu leur vie détruite par la cupidité et le profit", a déploré David Hance, coordinateur de la campagne de Sea Shepherd. "Sea Shepherd est persuadé que la chasse au rabattage ne pourrait pas survivre en s’appuyant sur la simple vente de viande de dauphins pour la consommation humaine ; la demande pour cette viande est au plus bas. Le commerce international de la captivité de cétacés est le véritable moteur économique qui alimente la chasse au rabattage".

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact