Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Lundi, 06 Mars 2017 12:18

Point sur l’Opération Apex Harmony : Enquête de Sea Shepherd sur le trafic d’ailerons de requin

L'enquête de Sea Shepherd révèle un énorme volume d'ailerons de requin éludant les interdictions d'expédition internationales

Un ouvrier fait sécher des ailerons de requin dans la rue à Hong KongUn ouvrier fait sécher des ailerons de requin dans la rue à Hong KongMalgré l'interdiction mondiale du transport des ailerons de requin par les principaux transporteurs, trois mois d'enquête menée par Sea Shepherd Global dans le cadre de la campagne Opération Apex Harmony de protection mondiale des requins ont confirmé que d'importantes expéditions d'ailerons de requin arrivent toujours à Hong Kong sur les lignes aériennes et maritimes qui se sont engagées à ne pas en transporter.

Les requins sont en grand danger partout dans le monde, certaines populations ayant chuté de plus de 90 %. Certaines espèces, comme le requin-marteau, sont confrontées à une menace très réelle d'extinction.

Un groupement grandissant de lignes maritimes, aériennes et d'ONG a rencontré les membres exécutifs du département des douanes et du ministère de l'agriculture, des pêcheries et de la protection (AFCD) de Hong Kong vendredi dernier pour les informer des résultats de l'enquête menée par Sea Shepherd Global et pour discuter des thèmes liés au crime contre la faune sauvage. La priorité de l'ordre du jour résidait dans la façon d'empêcher des produits issus d'espèces menacées d'extinction inscrites à la CITES* d'être expédiés à l'insu des transporteurs. Ces produits comprennent de nombreux types d'ailerons de requin vulnérables et menacés d'extinction trouvés sur le marché des ailerons de requin de Hong Kong, comme le requin-marteau et le requin océanique à aileron blanc.

Historique de l'interdiction de transport des ailerons de requin

Depuis 2010, des groupes de protection internationaux de la faune sauvage ont centré leurs efforts sur la chaîne d'approvisionnement en ailerons de requin en faisant pression sur les lignes aériennes et maritimes pour interdire le transport d'ailerons et de produits issus des requins. Pour autant, le blanchissage des ailerons prélevés sur des espèces illégales au sein de cargaisons d'ailerons légaux bien que leur pêche soit non durable est toujours florissant. À son crédit, Maersk, la plus importante ligne de transport maritime mondiale, a ouvert la voie en étant la première entreprise à mettre en place une interdiction mondiale de transport des ailerons de requin en 2010, entraînant rapidement avec elle 16 des principales compagnies de transport par conteneurs.

« La ligne Maersk s'est engagée à appliquer notre politique interdisant le transport des produits à base d'aileron de requin sur ses navires. Le fait que certains négociants semblent fournir une fausse déclaration du fret qu'ils entendent expédier par notre intermédiaire pour essayer de contourner les restrictions que nous avons mises en place est frustrant. En revanche, nous sommes reconnaissants à Sea Shepherd pour son travail d'enquête soulignant ce problème et nous collaborons avec Sea Shepherd et d'autres ONG, ainsi qu'avec les douanes de HK pour resserrer nos procédures afin d'assurer que l'interdiction placée par nos soins du transport des ailerons de requin soit efficace à l'avenir », a déclaré Tim Smith, président et représentant général de Maersk pour la zone nord-asiatique.

Un ouvrier déchargeant l'un des conteneurs de 45 pieds de Maersk à Sheung Wan, Hong KongUn ouvrier déchargeant l'un des conteneurs de 45 pieds de Maersk à Sheung Wan, Hong KongEnviron 92 % des ailerons de requins entrant à Hong Kong arrivent par voie maritime, les 8 % restants arrivant par fret aérien. En raison de sa collaboration avec un certain nombre de spécialistes de la protection respectés localement et internationalement depuis 2010, la compagnie Cathay Pacific basée à Hong Kong a été la première ligne aérienne à placer une interdiction initiale sur les requins et les produits non-durables issus de requin, notamment les ailerons, en septembre 2012, suivie d'une interdiction totale pour les ailerons de requin en juin 2016.

« En qualité de signataire de la déclaration de Buckingham Palace du groupe de travail relatif au transport de la faune sauvage, Cathay Pacific s'est engagée à ne pas faciliter ni tolérer en connaissance de cause le transport de produits illégaux issus de la faune sauvage. L'initiative de Sea Shepherd est importante et nous la soutenons autant que possible, à l'aune de notre volonté de combler les failles qui affectent l'efficacité de nos politiques d'embargo », a déclaré Evelyn Chan, responsable des affaires environnementales chez Cathay Pacific Airways.

La campagne concernant les lignes aériennes a été menée par Alex Hofford, qui fait actuellement partie de WildAid Hong Kong, et soutenue par environ trente groupes mondiaux de protection marine et de bien-être animal, notamment Sea Shepherd et le WWF.

Preuve de l'inefficacité de l'interdiction

Comme la plupart des problèmes environnementaux, la première difficulté consiste à changer les règles. Cependant, le deuxième problème, beaucoup plus épineux, consiste à appliquer ces règles. Malgré les récentes affirmations des médias assurant que le négoce est globalement en baisse, Sea Shepherd Global a débuté son enquête après avoir eu la preuve d'importantes expéditions d'ailerons de requin arrivant dans le district de Sheung Wan à Hong Kong. «  Les mois précédant le nouvel an chinois sont toujours les plus chargés pour les négociants d'ailerons de requin, afin de satisfaire la demande du marché continental chinois pendant les fêtes » a indiqué Gary Stokes, directeur pour le Sud-Est asiatique de Sea Shepherd Global.

Déchargement d'une livraison d'ailerons de requin transportée à l'insu de Maersk, qui applique une interdiction sur leur transportDéchargement d'une livraison d'ailerons de requin transportée à l'insu de Maersk, qui applique une interdiction sur leur transportLes trois mois d'enquête ont permis de documenter d'importantes expéditions arrivant par l'intermédiaire de transporteurs qui se sont engagés à bannir le transport des ailerons de requins, dont deux conteneurs de 45 pieds remplis de ces ailerons en provenance du Moyen-Orient et transportés par Maersk. Une expédition aérienne sur Virgin Australia Cargo et Cathay Pacific, faussement déclarée comme des "produits de pêche" n'a pas été identifiée par les douanes. L'exportateur qui a tenté de transporter ces marchandises est désormais sur la liste noire de Virgin Australia Cargo, qui bannit le transport des ailerons de requin. Le problème auquel les compagnies comme Virgin, Maersk et Cathay Pacific sont désormais confrontées réside dans le fait que les négociants d'ailerons abusent du système en déclarant et en étiquetant frauduleusement les ailerons de requin sous des appellations génériques telles que "fruits de mer", "aliment déshydraté", "produits secs" ou "poisson séché" pour éluder la détection.

« Les découvertes de Sea Shepherd sont tellement tristes. Des milliers de requins massacrés uniquement pour que leurs ailerons soient transformés en soupe. Ceux qui y ont participé sciemment devraient avoir honte. Quant à Sea Shepherd et à l'équipe dirigée par Gary Stokes, ils doivent être félicités pour avoir exposé ce commerce immonde et parfois illégal », a déclaré Richard Branson, fondateur du groupe Virgin.

« Plus de trente compagnies aériennes et presque vingt lignes de transport par conteneur opèrent désormais le bannissement des cargaisons d'ailerons de requin. Pourtant, certaines compagnies aériennes comme Japan Airlines et All Nippon Airlines, résistent aux bonnes pratiques de l'industrie et soutiennent toujours le négoce criminel des ailerons de requin. WildAid fait appel à toutes les lignes aériennes de voyageurs et de fret, aux lignes de transport par conteneur et aux messageries de colis express comme FedEx et TNT, d'agir de façon durable, éthique - et par-dessus tout légale - en excluant les expéditions abjectes d'ailerons de requin de leurs soutes » a stipulé Alex Hofford de WildAid.

Collaborer pour combler les failles

Au vu des preuves, Maersk, Cathay Pacific et Virgin travaillent désormais en étroite collaboration avec Sea Shepherd Global et WildAid pour combler les failles résiduelles exploitées par le négoce d'ailerons de requin.« Un étude complète de leurs procédures de réservation et des mécanismes d'alerte est en cours pour les aider à appliquer leurs interdictions » a indiqué Gary Stokes.

Intérieur d'un entrepôt d'ailerons de requin à Hong Kong, avec une importante expéditionIntérieur d'un entrepôt d'ailerons de requin à Hong Kong, avec une importante expéditionL'ensemble du négoce international est surveillé et encouragé par l'Organisation mondiale des douanes (WCO), qui entretien une liste détaillée des codes d'expédition harmonisés (codes HS). Il s'agit de codes à 6 chiffres (HK marque une nouvelle étape en les augmentant à 8 chiffres) qui peuvent indiquer par granularité le contenu exact d'une cargaison expédiée. Toutefois, les codes HS sont encore, à l'heure actuelle, utilisés uniquement pour le suivi des données d'importation/exportation à des fins statistiques, seules les déclarations commerciales étant déposées après l'arrivée d'une expédition. Sea Shepherd Global et WildAid demandent la commutation des exigences en matière de dépôt de documentation à Hong Kong afin qu'elles s'appliquent avant l'expédition plutôt qu'après. La disponibilité des informations préalables à l'expédition permettra au département des douanes de Hong Kong d'établir un profil de risque plus efficace et par conséquent de mieux cibler les tâches d'application. Le dépôt obligatoire des codes HS complets avant l'arrivée au port participerait à ce que les compagnies aériennes et maritimes soient plus certaines du contenu exact du fret. Un tel système existe déjà aux États-Unis comme mesure anti-terroriste efficace. L'Espagne utilise également des procédures d'expédition susceptibles de conférer un avantage aux douanes sur les syndicats internationaux du crime contre la faune sauvage. Le gouvernement de Hong Kong fait également appel aux secteurs public et commercial pour soutenir la disponibilité d'informations préalables à l'expédition afin de s'aligner sur les pratiques internationales dominantes, mais il est confronté à une résistance rigide du secteur.

Sea Shepherd Global a lancé une enquête approfondie et complète dans le négoce mondial des ailerons de requin et de ses voies d'approvisionnement pour offrir une vision plus claire aux entreprises d'expédition afin d'aborder et d'appliquer au mieux leurs engagements dans une politique d'expédition durable.

* Convention sur le négoce international d'espèces de la faune et de la flore sauvages.

Toutes les images sont sous copyright de Gary Stokes/Sea Shepherd Global

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact