Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Vendredi, 07 Avril 2017 04:23

Opération Milagro III : Le gouvernement mexicain se montre solidaire avec Sea Shepherd dans la lutte contre les braconniers

Un juge émet plusieurs ordonnances restrictives visant à renforcer la protection des navires et des équipages de Sea Shepherd

photo Sea Shepherd La réaction rapide du gouvernement mexicain a permis d'éviter un affrontement potentiellement dangereux de la part de pêcheurs hostiles envers Sea Shepherd, le jeudi 30 mars dernier.

Une ordonnance restrictive temporaire, délivrée à l'encontre de ces pêcheurs le 28 mars par le bureau du procureur général, a été ratifiée par un juge, le 5 avril.

Les pêcheurs protestataires, avec à leur tête l'un des responsables de la coopérative de pêche de San Felipe, ont organisé une manifestation le 26 mars, au cours de laquelle ils ont menacé de mettre le feu aux navires de Sea Shepherd si ces derniers croisaient encore dans le Golfe de Californie le jeudi 30 mars, à 14 heures.

Sea Shepherd patrouille actuellement dans le Golfe de Californie, aussi connu sous le nom de mer de Cortez, dans le cadre de l'Opération Milagro III, afin d'enrayer l'extinction imminente de la vaquita et de protéger le totoaba, en voie de disparition. Cette campagne est réalisée en partenariat avec le gouvernement mexicain.

Au cours de la manifestation, les pêcheurs et leur leader ont pris un petit bateau de pêche local, appelé "panga", ont inscrit à la peinture "Sea Shepherd" dessus, et l'ont brûlé dans les rues de San Felipe pour signifier, en guise d'avertissement, qu'ils feraient subir le même sort aux navires anti-braconnage de l'organisation, le Sam Simon et le Farley Mowat, si ces derniers ne quittaient pas les eaux mexicaines. La manifestation s'est terminée sur la promesse de son leader d'attaquer l'équipage de Sea Shepherd avec 200 pangas, le 30 mars.

Le jour venu, des navires de la marine mexicaine ont escorté le Sam Simon et le Farley Mowat dans l'éventualité d'un affrontement. Pendant ce temps, à terre, la police a procédé à des contrôles sur des bateaux de pêche avant de les autoriser à sortir en mer.

Toutefois, 60 pangas au maximum sont parvenues à se rassembler dans le port, et aucune d'entre-elles n'a mis le cap sur Sea Shepherd. Aucune victime n'est à déplorer de part et d'autre, ni aucun dégât matériel.

Ordonnances restrictives à l'encontre des pêcheurs

Le 5 avril, un juge mexicain a ratifié une ordonnance restrictive à l'encontre des pêcheurs, ainsi que de leur leader, leur interdisant de menacer, harceler Oona Layolle, leader de la campagne et capitaine du Sam Simon, ainsi que les équipages Sea Shepherd du Sam Simon et du Farley Mowat. Les pêcheurs ont reçu l'ordre de ne pas s'approcher des navires ni de leur base terrestre.

« Sea Shepherd a beaucoup apprécié les mesures efficaces prises par le gouvernement mexicain pour calmer une situation potentiellement très explosive et violente », a déclaré le capitaine Paul Watson.

Les braconniers qui installent les filets maillants interdits dans lesquels sont capturés les vaquitas, totoabas et autres animaux marins, sont rendus furieux par le fait que Sea Shepherd collabore avec leur gouvernement pour retirer ces filets, et libérer les animaux qui y sont pris, qu’ils soient morts ou vivants. Les vessies natatoires du totoaba se vendent jusqu’à 20 000 $ le kilo en Chine, prix qui a attiré sur le marché des individus liés au crime organisé et au trafic de stupéfiants.

À cause de cette pêche illégale, la population de vaquita a été décimée jusqu'à compter moins de 30 individus, plaçant ainsi le plus petit cétacé du monde au bord de l'extinction. Au mois de mars, Sea Shepherd a découvert plusieurs cadavres de vaquita flottant dans le golfe de Californie.

L'animosité des braconniers à l'encontre de Sea Shepherd s'intensifie encore car l’organisation de conservation utilise des drones pour localiser les pêcheurs illégaux et transmet rapidement leurs coordonnées aux autorités mexicaines, ce qui a entraîné des arrestations.

« Sea Shepherd ne patrouille pas dans cette zone pour lutter contre des activités de pêche légales », a déclaré la capitaine Layolle. « Les actions de Sea Shepherd se concentrent sur la pêche illégale, et les seuls pêcheurs qui ont de bonnes raisons d'être en colère contre les navires de Sea Shepherd sont ceux dont les activités illégales sont gênées et interrompues par les équipages de Sea Shepherd. »

La marine mexicaine rejoint le Sam Simon afin de récupérer des filets illégaux sortis de l'eau par l'équipage de Sea Shepherd - Photo: Melissa RomaoLa Marine Mexicaine rejoint le Sam Simon afin de récupérer des filets illégaux sortis de l'eau par l'équipage de Sea Shepherd - Photo: Melissa Romao

Le Farley Mowat, Le Sam Simon et la Marine Mexicaine - Photo: Thomas Le CozLe Farley Mowat, Le Sam Simon et la Marine Mexicaine - Photo: Thomas Le Coz

Le chargé de communication Jens, la matelot Emillie et le maître d'équipage Giacomo tirant l'ancre accrochée à un filet illégal - Photo: Melissa RomaoLe chargé de communication Jens, la matelot Emillie et le maître d'équipage Giacomo tirant l'ancre accrochée à un filet illégal - Photo: Melissa Romao

L'équipage du Sam Simon en train de soustraire des crabes d'un filet fantôme afin de pouvoir les relâcher en mer - Photo: Melissa RomaoL'équipage du Sam Simon en train de soustraire des crabes d'un filet fantôme afin de pouvoir les relâcher en mer - Photo: Melissa Romao

L'équipe de la passerelle en train de noter la position des différentes cibles sur lesquelles enquêter dans le futur - Photo: Christoph LoeblL'équipe de la passerelle en train de noter la position des différentes cibles sur lesquelles enquêter dans le futur - Photo: Christoph Loebl

L'équipage du Viking donne un filet illégal aux autorités mexicaines - Photo: Christoph LoeblL'équipage du Viking donne un filet illégal aux autorités mexicaines - Photo: Christoph Loebl

L'équipage du Thunder récupère un filet destiné à la pêche illégale du totoaba - Photo: Rodolphe VillevieilleL'équipage du Thunder récupère un filet destiné à la pêche illégale du totoaba
Photo: Rodolphe Villevieille

La matelot allemande Caroline en train de libérer un crabe d'un filet - Photo: Christoph LoeblLa matelot allemande Caroline en train de libérer un crabe d'un filet
Photo: Christoph Loeb

L'agent scientifique Franzisca examine et mesure un filet destiné à la pêche illégale du totoaba - Photo: Rodolphe VillevielleL'agent scientifique Franzisca examine et mesure un filet destiné à la pêche illégale du totoaba - Photo: Rodolphe Villevielle

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact