Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Jeudi, 03 Août 2017 00:00

Sea Shepherd découvre des poissons sauvages pris au piège dans les enclos des fermes salmonicoles de Colombie-Britannique

Une semaine après le lancement de sa campagne de défense du saumon sauvage, l’Opération Virus Hunter II, Sea Shepherd fait déjà des découvertes alarmantes : des poissons sauvages pris au piège dans les enclos des fermes salmonicoles.

Des preuves incroyables ont été filmées

Le 2 août 2017, le navire de recherche, le Martin Sheen, naviguait sur le Nodales Channel en Colombie-Britannique, avec à sa barre la biologiste canadienne renommée Alexandra Morton. Sa mission de recherche consiste notamment à s’arrêter à différentes fermes salmonicoles le long de la côte pour effectuer des vérifications en termes de maladies et autres facteurs.

Le chef héréditaire George Quocksister de la Laichwiltach Nation. Photo de Carolina A. Castro
Le chef héréditaire George Quocksister de la Laichwiltach Nation. Photo de Carolina A. Castro

Le chef héréditaire George Quocksister de la Laichwiltach Nation se trouvait également à bord du Martin Sheen pour accueillir l’équipage de Sea Shepherd et ses chercheurs sur son territoire des îles Discovery.

Le groupe s’est arrêté près de l’enclos de la ferme salmonicole de Marine Harvest, à Sonora Point, dans l’océan Atlantique, pour collecter des échantillons dans les eaux publiques environnantes.

Durant son escale à Sorona Point, Quocksister a aperçu ce qui semblaient être de petits poissons sauvages encore bébés à l’intérieur de quelques enclos de la ferme salmonicole de Marine Harvest. Les enclos avaient déjà été vidés de tous les saumons d’élevage qu’ils renfermaient.

Lorsque Quocksister a demandé quelle sorte de poissons ces enclos-ci contenaient, l’un des employés de la ferme salmonicole de Marine Harvest lui a répondu que "aucun poisson" ne s’y trouvait actuellement.

Quocksister s’inquiète de ces cas, car ces fermes sont de véritables bouillons de culture pour les maladies et les parasites qui se répandent dans les eaux environnantes et mettent en péril les saumons sauvages. Quand ces derniers se retrouvent coincés dans les filets ouverts des fermes salmonicoles, une réaction en chaîne est provoquée dans tout l’écosystème environnant, affectant toutes les autres espèces qui dépendent des poissons sauvages pour leur survie.

Selon son site internet, Marine Harvest, dont le siège est en Norvège, se présente comme l’une des plus grandes entreprises de poissons et fruits de mer au monde, et la plus grande productrice de saumon d’Atlantique.

Marine Harvest a toutefois été reconnue coupable de possession de harengs sauvages en 2012 par la Cour provinciale de la Colombie-Britannique.

Le chef héréditaire George Quocksister dans la ferme salmonicole, prenant des preuves irréfutables en photoLe chef héréditaire George Quocksister dans la ferme salmonicole, prenant des preuves irréfutables en photo

Des preuves irréfutables

Quocksister a tenté de contacter le Ministère de la Pêche et des Océans pour les inviter à se rendre à la ferme salmonicole afin d’y mener des investigations. Personne ne s’est présenté.

Afin de collecter des preuves irréfutables de ce qu’il pensait être des poissons sauvages piégés dans les enclos à saumon, Quocksister a utilisé une caméra GoPro étanche et a pénétré dans la ferme salmonicole de Marine Harvest. Ses soupçons ont été confirmés lorsque ses vidéos ont révélé les centaines de poissons sauvages (dont des harengs et des capelans) pris au piège à 50 cm de la surface, où ils ne pouvaient ni s’abriter du soleil ni trouver de quoi s’alimenter.

Les enclos où les poissons sauvages étaient piégés avaient été vidés de tous les poissons d’élevage qu’ils renfermaient et les filets avaient donc été largement relevés. La raison pour laquelle Marine Harvest n’a pas relâché ces poissons sauvages reste obscure.

"Ces jeunes poissons, encore au stade de bébé, sont en train de mourir de faim dans les enclos", s’insurge Quocksister. "Ce sont eux qui gardent le littoral en vie. Les aigles ont déserté la région, car ils n’ont plus de poissons à manger. Nos poissons sauvages disparaissent davantage d’année en année. Il y a probablement 130 enclos à saumon le long de ces canaux – imaginez combien de nos poissons sauvages s’y retrouvent piégés dans les 365 jours que compte une année !"

Les harengs sont une espèce clé : ils nourrissent les saumons sauvages, les aigles et de nombreuses autres espèces. Leur nombre est en déclin dans les régions côtières de la Colombie-Britannique où se situent les fermes salmonicoles. C’est pour cette raison que de nombreuses entreprises commerciales spécialisées dans la pêche au hareng ont fermé, afin de protéger l’espèce.

"Je suis reconnaissante à Sea Shepherd et au chef héréditaire George Quocksister pour avoir l’occasion de documenter le coût réel de cette industrie sur le littoral de Colombie-Britannique", a déclaré Alexandra Morton, qui a dirigé la mission d’étude de 2016 et qui est maintenant de retour pour continuer son travail.

"Nous sommes ici pour enquêter sur les impacts des fermes salmonicoles sur l’environnement marin et, aujourd’hui, nous avons vu des poissons sauvages piégés dans les enclos de ces fermes", a déclaré Carolina Castro, directrice de la campagne Opération Virus Hunter II. "Ces poissons ne sont pas censés être là ; leur population si précieuse est déjà en danger. Voilà une preuve irréfutable des impacts négatifs que ces fermes ont sur les océans."

Le Martin Sheen devant la ferme salmonicole de Sonora Point. Photo : Simon AgerLe Martin Sheen devant la ferme salmonicole de Sonora Point. Photo : Simon Ager

Poissons sauvages piégés dans un enclos destiné aux poissons d’élevagePoissons sauvages piégés dans un enclos destiné aux saumons d’élevage

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact