Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Imprimer
Vendredi, 29 Septembre 2017 00:00

Augmentation inquiétante du nombre de marsouins communs retrouvés morts dans la mer Baltique

L’équipage de l’Emanuel Bronner, navire de patrouille de la campagne Mer Baltique de Sea Shepherd, a trouvé un autre marsouin commun mort vendredi dernier. Cela fait plusieurs semaines et plusieurs mois que Sea Shepherd signale une augmentation des décès de marsouins communs dans la mer Baltique. Jusqu’à peu, on estimait à environ 130 le nombre de marsouins communs qui mouraient dans la mer Baltique chaque année, malgré des preuves démontrant que leur nombre était bien supérieur, avec tous les cas non recensés.

Marsouin commun en danger d’extinction retrouvé mort lors de la patrouille de vendredi dernier. Photo Sea Shepherd
Marsouin commun en danger d’extinction retrouvé mort lors de la patrouille de vendredi dernier. Photo Sea Shepherd

L’équipage de l’Emanuel Bronner a trouvé un autre marsouin commun mort lors d’une patrouille de routine vendredi dernier, dans l’après-midi. L’animal flottait entre les eaux de la frontière maritime danoise et une zone utilisée pour des forages. Le marsouin a été récupéré par l’équipage pour le remettre aux autorités responsables.

Ce cas confirme l’hypothèse que le nombre de marsouins communs qui meurent dans la mer Baltique augmente de façon très inquiétante.

Les dernières études confirment nos craintes. Selon un rapport de l’ITAW (Institute for Terrestrial and Aquatic Wildlife) au ministère de l’Agriculture du Schleswig-Holstein*, les chiffres de 2016 recensent plus de 180 animaux morts, et ce uniquement dans les parties de la mer Baltique appartenant à l’état de Schleswig-Holstein.

Le M/V Emanuel Bronner patrouillant en Mer Baltique. Photo Sea ShepherdLe M/V Emanuel Bronner patrouillant en Mer Baltique. Photo Sea Shepherd

"Ce chiffre ne reflète que les cas identifiés" a déclaré Manuel Abraas, leader de la campagne Mer Baltique. "Nous devrions y ajouter le nombre exact de morts recensés dans l’état de Mecklenburg-Vorpommern. Nous devons également considérer le nombre de cas non recensés. Selon nous, la situation est encore plus dramatique que ce que nous imaginions." La raison principale du taux de mortalité élevé est claire : la pollution, la pollution sonore et la pêche sont les plus grandes menaces pour les marsouins communs, menaces provenant des activités humaines.

"Nous devons également garder en tête qu’il ne s’agit ici que des chiffres recensés en Allemagne. Nous n’avons pas les chiffres de la Pologne ni du Danemark à disposition, ces données n’étant pas toujours recensées par ces pays." a ajouté Abraas. "Nous devrions observer les zones FFH (habitats de la faune et de la flore) d’Oderbank ou d’Adlergrund, à l’Est de l’île Rügen, car nous savons que des chalutiers polonais, par exemple, y naviguent".

Les chaluts sont connus pour les dégâts qu’ils causent aux fonds marins : ils détruisent la vie marine et ne laissent qu’une trace de destruction sur leur passage. Il n’existe pas de rapport sur le nombre de marsouins communs morts retrouvés dans ces zones, et les vérifications ne sont effectuées que de manière aléatoire.

"Ces zones FFH ne valent même pas le prix du papier sur lequel elles sont inscrites" a dit Manuel Abraas. "Quel but peuvent-elles avoir si elles n’aident pas à la préservation de la vie marine sauvage et de leur habitat ? Cela ne peut pas fonctionner, à moins qu’une protection efficace ne soit mise en place avec des vérifications régulières et un contrôle approprié des activités de pêche."

Marsouin commun en danger d’extinction retrouvé mort lors de la patrouille de vendredi dernier. Photo Sea ShepherdMarsouin commun en danger d’extinction retrouvé mort lors de la patrouille de vendredi dernier. Photo Sea Shepherd

Il est grand temps que les politiques et les autorités responsables réagissent. Faut-il attendre l’extinction des populations de marsouins communs dans la mer Baltique pour mettre en place des mesures pour leur protection ? Ou leur disparition ne gênerait-elle personne ? Le ministre responsable du Schleswig-Holstein, Dr. Robert Habeck du parti allemand Alliance '90/les Verts a la responsabilité d’agir, car la politique des Verts en particulier ne devrait jamais négliger le bien-être animal.

"Notre campagne Mer Baltique est plus importante que d’épiloguer sur ces nombreux défauts. Après tout, nous les avons identifiés grâce aux marsouins communs" a ajouté Abraas.

Sea Shepherd exige une interdiction immédiate et totale des filets maillants dans la mer Baltique. L’Allemagne doit également s’associer aux pays voisins (le Danemark et la Pologne) pour pouvoir mettre en place des mesures efficaces pour la protection des marsouins communs en danger d’extinction.

*(Source : University of Veterinary Medicine Hannover, Foundation – May 2017: Monitoring findings of dead small whales and grey seals in Schleswig-Holstein in 2016; report to the Ministry of Energy, Agriculture, the Environment, Nature and Digitalization of Schleswig-Holstein; Institute for Terrestrial and Aquatic Wildlife Research (ITAW)

 


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact