Sea Shepherd Newsrss_icon_20

Toutes les dernières actualités de l'organisation.



Imprimer
Mardi, 21 Juin 2016

Sea Shepherd lance l’Opération Bloody Fjords

Après le succès de la campagne de défense des globicéphales en 2015, Sea Shepherd annonce l’Opération Bloody Fjords, une nouvelle campagne pour s’opposer au massacre des globicéphales dans les îles Féroé.

Chaque année, jusqu’à 1 000 globicéphales et autres dauphins migrateurs sont chassés et tués brutalement dans les îles Féroé, sous protectorat danois, lors d’une pratique appelée le "grindadráp" ou le "grind". Cette pratique cruelle et sanglante perdure avec le soutien du gouvernement danois, en contradiction avec les obligations légales internationales du Danemark.

L’Opération Bloody Fjords marque le début d’une nouvelle orientation pour Sea Shepherd puisque l’organisation a décidé de porter la lutte contre le grindadráp jusqu’au cœur des institutions féringiennes et danoises qui continuent de soutenir cette coutume d’un autre temps.

"Grâce au travail sans relâche de nos équipes de volontaires présentes sur place dans les îles Féroé lors de nos campagnes passées, nous avons toutes les preuves photos et vidéos nécessaires pour emmener la bataille au−delà des rives ensanglantées des îles Féroé," a déclaré le responsable de la campagne Opération Bloody Fjords, Geert Vons. "Nous attaquerons le grind sur le terrain judiciaire et politique, dans l’industrie, le commerce et comme d’habitude dans les médias," a-t-il ajouté.

La nouvelle stratégie répond au renforcement des restrictions à l’encontre des volontaires de Sea Shepherd qui entrent sur le sol féringien.

Lire la suite...
 
Imprimer
Lundi, 20 Juin 2016

Un manque de transparence met en péril les usagers de la mer en Nouvelle−Galles du Sud

Installation d’une barrière anti-requins (Eco Shark barrier) à Coogee, Australie Occidentale - Photo : Natalie BanksInstallation d’une barrière anti-requins (Eco Shark barrier) à Coogee, Australie Occidentale - Photo : Natalie BanksEn octobre 2015, le ministère des Industries primaires de Nouvelle-Galles du Sud a dévoilé son plan de gestion de requins d’un coût de 16 millions de dollars, devant être répartis sur cinq ans. Il s’agissait de tester une combinaison de technologies en divers endroits du littoral de la Nouvelle−Galles du Sud depuis le nord de Sydney jusqu’à la frontière avec le Queensland. Cette stratégie est supervisée par les services du ministère des Industries primaires chargés de la pêche, également à la tête du programme des filets anti-requins en Nouvelle−Galles du Sud.

À maintes reprises, y compris au Sommet de 2015 sur les requins et lors de déclarations aux médias, M. Niall Blair, ministre des Industries primaires, a affirmé que son plan ainsi que les essais technologiques à venir se dérouleraient dans la communication et la transparence vis−à−vis non seulement des parties prenantes, mais aussi du grand public.

Or, depuis le sommet, aucune communication notable avec les parties prenantes et aucune démonstration de transparence à l’égard du grand public n’ont eu lieu pour l’instant au sujet du déroulement des essais et des résultats actuels. On dépense par millions les dollars des contribuables au nom de la sécurité publique, mais nul ne sait avec certitude si cela sert bien à quelque chose. De plus, aucune annonce n’a été faite s’agissant des sommes dépensées à ce jour ou du mode d’affectation de ces fonds.

On ne dispose pas non plus de la moindre indication concernant les méthodes utilisées par les services du ministère chargés de la pêche pour mesurer la pertinence de chacun des essais technologiques. Aucune norme ni critère n’ont été publiés, notamment au sujet des très controversées palangres verticales avec alerte de capture (Smart Drum Lines).

Lire la suite...
 
Imprimer
Jeudi, 16 Juin 2016

En Australie, la première étude sur le repérage de requins aura lieu à Byron Bay

Une étude de faisabilité sur le repérage de requins va débuter à Wategos Beach en partenariat avec Sea Shepherd, la mairie de Byron Bay et la député verte Tamara Smith après que le maire Simon Richardson a décidé de faire de cette mission une priorité de l’agenda municipal lors d’une réunion la semaine passée.

Celle-ci sera effectuée par des membres de Sea Shepherd et déterminera si Wategos Beach possède les caractéristiques nécessaires au lancement d’un programme de surveillance de requins sur le long terme (éblouissement en matinée et dans l’après-midi, détection à distance, évolution de la visibilité en fonction des conditions météorologiques et niveaux d’activité des usagers de la mer selon les différents moments de la journée).

Cette étude est financée à parts égales par la mairie de Byron et Tamara Smith MLA.

Pancarte et drapeau indiquant qu’une surveillance de requins est en cours au Cap, Afrique du SudPancarte et drapeau indiquant qu’une surveillance de requins est en cours au Cap, Afrique du Sud

Lire la suite...
 
Imprimer
Mercredi, 15 Juin 2016

Opération Siracusa 2016

Sea Shepherd annonce le lancement de l’Opération Siracusa 2016, la troisième campagne consécutive qui a pour objectif de défendre le fragile écosystème de la réserve marine de Plemmirio, au large de la côte est de Syracuse en Sicile, contre la pêche illégale.

Menée par Sea Shepherd Italie, les volontaires de Sea Shepherd travailleront en collaboration avec les garde−côtes italiens et les autorités à terre pour assurer l’application de la loi, documenter toute activité illégale et attirer l’attention des médias sur les conséquences dévastatrices du braconnage sur l’écosystème marin de la région.

La réserve marine de Plemmirio a été créée en 2004 et est classée "Area Specialmente Protetta di Interesse Mediterraneo" (ASPIM), un label accordé à des sites importants pour la conservation de la biodiversité en Méditerranée. C’est un refuge pour la vie marine dont les grands poissons pélagiques tels que le thon, la sériole et divers requins, ainsi que des mammifères marins comme le dauphin et le cachalot.

La réserve revêt une importance historique particulière. Sous les eaux de Plemmirio se trouvent des amphores et autres artefacts qui rappellent que la région était un carrefour maritime pour les vaisseaux carthaginois, romains et grecs.

Lire la suite...
 
Plus d'articles...


Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact