Imprimer

Qu'est-ce qu'une Palangre Pélagique ?

Une ligne pélagique de surface est faite habituellement de nylon monofil. Sa longueur peut aller de 1,6 km à 100 km. La ligne est maintenue à flot par des bouées de polystyrène ou de plastique. Environ tous les 300m, une seconde ligne y est attachée, allant vers le fond sur environ 5m. Sont fixés à ces lignes des hameçons garnis d'appâts, calamars, poissons; on a même trouvé parfois de la chair fraîche de dauphin.

Les appâts des hameçons peuvent être aperçus depuis les airs par les albatros qui plongent dessus, ils restent alors accrochés et se noient. D'autres espèces marines aperçoivent les appâts depuis le fond et restent accrochées quand elles essaient de les manger.

Les palangres sont lâchées depuis les bateaux et traînent à la dérive entre 12 et 24 heures.

longlining_long_line_02a longlining_longliner_01a longlining_long_line_01a

 

Qu'elle est l'Incidence de ces Palangres Pélagiques sur les Albatros ?

Un symbole séculaire dans la vie des navigateurs, immortalisé dans le poème "Rime d'un vieux marin" de Coleridge, est l'albatros survolant majestueusement les vastes océans, ne se posant que rarement, à l'époque de la reproduction, sur de lointaines îles du Sud.

Malheureusement pour les diverses espèces d'albatros, dans cette lointaine partie du monde, les flottes de bateaux de pêche du Japon, de la Corée, de Taiwan, et d'Indonésie pourchassent les thons bleus du Sud, ainsi que les requins et les espadons.

Les albatros et d'autres espèces d'oiseaux marins, prisonniers des hameçons, sont traînés sous l'eau, meurent noyés, et leurs dépouilles sont rejetées à l'eau depuis les bateaux.
La flotte japonaise lâche jusqu'à 100 millions de hameçons par an rien que pour la pêche au thon bleu dans le Sud. Des dizaines de milliers d'oiseaux sont ainsi tués chaque année.

Une estimation prudente des albatros tués par les palangres japonaises est de 44.000 par an. Le présent chiffre pourrait bien être doublé, selon les chercheurs, mais le nombre d'albatros tués par les bateaux de pêche d'autres nations n'est pas disponible.

On estime que, de douze des quatorze espèces d'albatros recensées, des dizaines de milliers meurent chaque année de cette manière. Au vu du grand nombre d'oiseaux ainsi tués, ce style de pêche peut être considéré comme la plus sérieuse menace pour la survie de ces espèces.

longlining_birds_01 longlining_birds_02

 

Que font les Palangres Pélagiques aux Tortues Marines ?

Un grand nombre de tortues marines sont victimes des mortifères hameçons des palangres. 20.000 tortues de l'espèce "caretta caretta" sont capturées chaque année par les palangres des pêcheries espagnoles en Méditerrannée. On estime que 4.000 d'entre elles sont rejetées à la mer et meurent avec le hameçon accroché dans la gorge.

L'équipage de Sea Shepherd a comptabilisé des douzaines de carapaces de tortues le long des côtes du Pacifique, au large de l'Amérique Centrale. En les examinant, on a constaté que toutes ces tortues mortes avaient des hameçons incrustés dans la gorge. Selon le service national des pêcheries maritimes(espace)(NMFS), 75% des tortues "caretta caretta" et 40% des tortues "dermochelys coriacea" prises dans les palangres des Etats-Unis ont été attrapées près des grandes banquises de l'Atlantique Nord.

L'Organisation des Nations Unies pour l'Agriculture et l'Alimentation (FAO) dénonce la tuerie de 40.000 tortues de mers chaque année par les palangres des pêcheries mondiales. Les "dermochelys coriacea", les plus grandes tortues du monde, vont disparaître dans peu de décennies si ce type de pêche continue. C'est la conclusion des spécialistes de la faune marine lors du meeting annuel de l'Association Américaine pour le Progrès de la Science à Denver en 2002. "Nos analyses précises sur les plages nous donnent suffisamment d'indices pour prévoir leur extinction dans les 10 à 30 prochaines années." (Larry Crowder, Duke University)

longlining_turtle01

 

Que font ces Palangres Pélagiques aux Requins ?

Les palangres sont les grandes coupables de la diminution du nombre de requins dans les océans. Ces lignes d'une longueur de 1 à 100 miles sont appâtées avec du poisson (mais aussi du dauphin ou du phoque tués illégalement) pour attirer l'attention des thons, espadons et requins. Ceux-ci sont pêchés surtout pour leurs ailerons (ne représentant que 4% de leur poids) parfois pour leur cartilage, l'huile de leur foie et leurs dents. Les pêcheurs arrachent leurs ailerons avant de les rejeter encore vivants à la mer. Leur agonie est affreuse. Incapables de nager, ils coulent lentement vers le fond et meurent, dévorés vivants par d'autres poissons. Si les palangres ne sont pas abolies, beaucoup d'espèces de requins disparaîtront dans les prochaines décennies. Pour plus d'information, vous pouvez visiter notre page concernant la pêche aux ailerons de requins.

 

Ce que fait Sea Shepherd

Actuellement Sea Shepherd s'est attaquée au problème tant dans les eaux pélagiques que dans les eaux territoriales de plusieurs Etats.

L'autorisation d'intervenir légalement dans les limites des eaux territoriales d'un Etat nous est octroyée par un accord avec cet Etat. En ce moment, Sea Shepherd jouit d'une convention contractuelle pour intervenir contre les activités de pêche illégales dans les eaux de la réserve marine du Parc National des Galapagos et très prochainement, elle va signer un accord avec la Colombie pour la protection du Parc National de l'Ile Malpelo.

Intervention dans les Eaux Internationales

L'utilisation des palangres dans les eaux internationales n'est pas illégale en soi. Toutefois, elle le devient si une espèce menacée ou en voie d'extinction est capturée par ces lignes. La prise d'une telle espèce est une violation de la Convention sur le Trafic des Espèces menacées de la Flore et de la Faune (CITES).

La loi maritime internationale spécifie qu'une palangre ne portant pas de signe d'identification est en fait légalement sans propriétaire, c'est-à-dire libre d'être confisquée puisqu'elle n'appartient pas au vaisseau ou au bateau qui l'a déployée.

Quand Intervient Sea Shepherd ?

Un bateau de Sea Shepherd et son équipage interviendront et confisqueront des palangres dans les cas suivants:

  1. Un albatros pris au hameçon de n'importe quel segment d'une palangre
  2. Une tortue de mer prise au hameçon de n'importe quel segment d'une palangre
  3. Une palangre qui n'utilise pas de dispositif pour éloigner les oiseaux
  4. Une palangre non identifiée par un étendard ou un dispositif électronique indiquant clairement le numéro de la licence de pêche, le nom et la nationalité du bateau

Jusqu'à présent, il y a eu intervention à chaque découverte de palangre en mer car l'équipage ne voyait aucun signe d'identification ou dispositif pour éloigner les oiseaux.

Où Sea Shepherd a-t-elle Confisqué des Palangres ?

Sea Shepherd Conservation Society a confisqué des palangres depuis 1989. Nous avons pris des lignes, les plus courtes de 0.5km et les plus longues de 100km.

Les Prises de Palangres du Navire Amiral de Sea Shepherd le R/V Farley Mowat:

  • En mars 2002, l'équipage de Sea Shepherd a confisqué, avec l'autorisation du gouvernement du Guatemala, une palangre de 30 km (18,6 miles) placée illégalement par le Costa Rica dans le Pacifique, dans les eaux territoriales du Guatemala.
  • En avril 2002, l'équipage de Sea Sheperd a confisqué de nombreuses lignes dans le Sanctuaire Marin de l'Ile Cocos en coopération avec les gardes du Parc du Costa Rica.
  • En août 2002, l'équipage de Sea Sheperd a confisqué 12 km (7,5 miles) de palangres jetées dans les eaux du Sanctuaire Marin du Parc National des Galapagos et les a remises aux gardes du Parc des Galapagos.
  • En septembre 2002, l'équipage de Sea Shepherd a confisqué 60 km (37,3 miles) de lignes d'origine inconnue dans les eaux pélagiques entre Tahiti et la Nouvelle Zélande.
  • Au cours de l'année 2002, Sea Shepherd a confisqué et détruit plus de 100 km (over 60 miles) de palangres larguées illégalement.
  • Durant ces opérations, quatre tortues de mer, soixante-sept requins et plus de mille grands poissons ont été trouvés vivants et ont été libérés et relâchés en mer.
  • Les poissons, oiseaux et tortues morts sont rejetés à la mer. Le poisson n'est pas utilisé comme aliment sur le Farley Mowat car le bateau de Sea Shepherd applique une norme: ne pas consommer de poisson à bord du vaisseau.
  • En mars 2003, le Farley Mowat a confisqué des palangres près des Iles Cook et au sud d'Hawaii.
  • De mai à août 2004, l'équipage du Farley Mowat est intervenu et a confisqué des lignes près des Galapagos, autour de l'île colombienne de Malpelo et dans le Corridor des Galapagos, entre les Galapagos et le Panama.
  • En avril 2005, le Farley Mowat a déployé 16 dispositifs le long de la pointe des Grands Bancs de Newfoundland pour décourager la pêche de fond au filet.
  • En janvier 2006, Le Farley Mowat a confisqué une palangre uruguayenne destinée à la pêche des cabillauds de grande profondeur dans les eaux territoriales australiennes de l'Antarctique. Quelques quatre kilomètres de ligne ont été confisqués.

Que fait Sea Shepherd des Palangres Confisquées ?

La ligne de nylon monofil est incinérée à bord. Les cordages torsadés sont gardés et utilisés à d'autres fins sur le bateau. . Les hameçons et les mousquetons sont gardés pour des démonstrations. Quant au plomb, il est fondu pour en faire des poids pour la plongée.

longlining_sea_shepherd_03 longlining_sea_shepherd_04

 

Lois, Conventions, Traités et Résolutions

Les traités suivants peuvent être considérés comme des guides sur lesquels se baser pour déterminer l'illégalité des palangres déployées dans les océans du monde:

Convention for the Conservation of Antarctic Marine Living Resources (CCAMLR): En 1992, le gouvernement australien a décrété une règlementation stricte obligeant tous les bateaux de pêches dans les eaux CCAMLAR à appliquer ses mesures. Les Etats-Unis ont adopté cette règlementation/ces mesures en mars 1995 pour les bateaux américains dans les eaux CCAMLR.

Commission for the Conservation of Southern Bluefin Tuna (CCSBT): Depuis 1992, l'Australie, le Japon et la Nouvelle Zélande ont dicté des mesures à leurs pêcheries de thon bleu dans les mers du Sud pour diminuer les risques encourus pour les oiseaux marins en obligeant à utiliser des dispositifs pour les éloigner. En 1996, l'Australie a rendu ces mesures obligatoires pour tous ses bateaux pêchant au dessous de 30 degrés de latitude sud.

World Conservation Union (IUCN): En octobre 1996, l'IUCN a approuvé une résolution incitant les nations à "avoir comme objectif d'éviter l'extermination des oiseaux de mers dans les pêcheries de palangres" et "...à prendre dans ce but des mesures immédiates dans lesdites pêcheries..." En avril 1997, les Etats-Unis adoptèrent un règlement pour toutes les palangres de l'Alaska en rendant obligatoires des moyens pour éviter de tuer des oiseaux de mer, suite à la mort de plusieurs albatros à courte queue, espèce menacée.

Convention de Bonn: En 1997, tous les albatros ont été déclarés espèces protégées.L'Article 7.6.9 of the United Nations FAO Code of Conduct for Responsible Fisheries adopted by all member nations stipule que les Etats prendront les mesures propres à minimiser déchets, destructions, captures par des engins perdus ou abandonnés, captures d'espèces n'étant pas l'objectif de la pêche, poissons ou pas, et ayant un impact négatif sur des espèces associées ou dépendantes, en particulier des espèces menacées.Il stipule ultérieurement que les Etats et les organismes dirigeant les pêcheries régionales fomenteront, autant que possible, le développement et l'usage de moyens de protection sélectifs de l'environnement et assumeront le coût d'outils et de techniques effectifs.

 

longlining_sea_shepherd_01 longlining_sea_shepherd_02

 

Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact