Imprimer

Biographie du Capitaine Paul Watson

Fondateur de Sea Shepherd Conservation Society

Le Capitaine Paul Watson

"Je suis honoré d'être au service des baleines, des dauphins, des phoques et de toutes les autres créatures vivant sur cette planète. Leur beauté, leur intelligence, leur force et leur esprit m'ont inspiré tout au long de ma vie. Ces êtres m'ont parlé, m'ont touché et j'ai reçu de nombreux témoignages amicaux en retour de cet engagement.

Si les baleines survivent et prolifèrent, si les phoques continuent à vivre et à donner naissance, si je peux participer à leur assurer un futur tranquille, alors je serai heureux pour toujours."

- Capitaine Paul Watson

 

Sa jeunesse

Paul Watson et sa mère Annamarie

Paul Watson est né le 2 décembre 1950 à Toronto, au Canada. Il est le fils aîné d'un franco-canadien, Anthony Watson, et d'une dano-canadienne, Annamarie Larsen. Il grandit à Saint Andrews, un petit village de pêcheurs de homards du New Brunswick, avec ses six frères et sœurs.

À l'âge de neuf ans, Paul découvre que le castor avec lequel il s'est lié d'amitié depuis peu a été tué par des trappeurs. Il décide alors d'écumer les alentours de son village pour détruire les pièges et confisquer les collets susceptibles de tuer d'autres animaux. Il perturbe également les battues de cerfs et la chasse au canard des environs et se bat fréquemment avec les garçons de son école pour les empêcher de tuer les oiseaux migrateurs de passage.

Paul Watson

En janvier 1964, sa mère Annamarie meurt d'une longue maladie et son père emmène alors toute la famille à Toronto, ville dont il est orginaire.

Trois ans plus tard, Paul quitte la maison familiale pour travailler quelques semaines à Montréal avant de se rendre à Vancouver et se faire embaucher sur le Princess Marguerite, un navire de croisière, en tant que sapeur-pompier.

En 1968, Paul intègre le corps des gardes-côtes canadiens et embarque sur le CCGS Vancouver, un navire météorologique. Un an plus tard, il s'engage sur le porte-conteneurs norvégien Bris pour un long voyage vers l'Asie et l'Afrique.

De nombreuses expéditions avec les marines marchandes norvégienne, suédoise et anglaise où il affronte tous types de mer - des typhons de la Mer de Chine aux tempêtes de l'Atlantique-nord en passant par les zones de guerre du Golfe Persique - lui permettent d'acquérir rapidement une solide expérience.

En 1970, Paul sert deux ans auprès des gardes-côtes canadiens sur différents navires de recherche et de sauvetage.

 

La naissance de Greenpeace

Paul Watson est l'un des cofondateurs de Greenpeace. Son engagement commence en 1969 à la frontière américano-canadienne, lors d'une manifestation du Sierra Club contre les essais nucléaires réalisés par la Commission de l'énergie atomique américaine sur l'île d'Amchitka.

Après ce rassemblement, quelques participants se réunissent en un petit groupe de travail afin d'empêcher coûte que coûte les essais nucléaires sur cette île Aléoutienne. Composé essentiellement de membres du Sierra Club et de la Society Of Friends, ce groupe se fait appeler Don't Make A Wave Committee. Paul appartient alors au Sierra Club et les conséquences de ces expériences sur la vie marine du site en question l'incite à participer aux manifestations.

Le Phyllis Cormack

En octobre 1971, le Don't Make A Wave Committee achète le Phyllis Cormack, un ancien bateau de pêche canadien aussitôt rebaptisé le Greenpeace I. Une campagne de protestation est organisée. L'objectif est de naviguer au plus près de l'île Amchitka afin d'empêcher tout essai nucléaire. Treize membres d'équipage prennent alors la mer sous le commandement du Capitaine John Cormack.

L'opération est un succès: après un mois passé en mer, le Greenpeace I retourne à Vancouver. Aucun essai nucléaire n'a pu être réalisé durant cette période.

Pendant ce temps, un autre navire est mobilisé: l'ancien démineur canadien Edgewater Fortune est rebaptisé le Greenpeace II. Paul en est membre d'équipage. Le navire appareille rapidement et se dirige vers les îles Aléoutiennes pour continuer la protestation.

Le premier essai nucléaire ayant été retardé à cause de la présence intrusive du Greenpeace I, la Commission à l'énergie atomique américaine décide d'avancer le prochain. La charge de cinq mégatonnes explose au large de l'île Amchitka alors que le Greenpeace II se situe à quelques centaines de milles marins à peine de l'archipel. La controverse médiatique qui s'ensuit a pour résultat l'arrêt pur et simple des essais nucléaires américains sur l'île Amchitka.

En 1972, le Don't Make A Wave Committee devient la Fondation Greenpeace. Paul en est l'un des cofondateurs officiels et son ami Robert Hunter le premier président.

Quelques mois plus tard, Paul commande le navire de Greenpeace Astral et entreprend des actions de protestation contre les essais nucléaires français dans l'atoll polynésien de Mururoa.

Le siège de Wounded Knee

En 1973, Paul et David Garrick représentent Greenpeace lors de l'occupation de Wounded Knee aux États-Unis par le Mouvement des Indiens d'Amérique. Parti pour rendre compte de la situation à Robert Hunter et au Vancouver Sun, Paul apporte rapidement son aide aux médecins indiens présents sur place et devient aide-soignant.

Un an après le siège de la ville indienne, Robert Hunter, Paul Spong et Paul établissent la stratégie de leur première campagne de protestation contre la chasse à la baleine.

En juin 1975, Paul est le second du Capitaine John Cormack à bord du Greenpeace IV et participe à la confrontation entre Greenpeace et la flotte baleinière soviétique. Durant cette campagne, Robert Hunter et Paul sont les toutes premières personnes à mettre leur vie en danger pour sauver des baleines en plaçant leur semi-rigide entre un groupe de cachalots sans défense et un navire-harpon soviétique. Un cachalot blessé surgit alors dangereusement au-dessus de l'embarcation de Paul et ce dernier échange un regard avec l'animal mourrant. Ce qu'il voit dans cet œil va changer sa vie à tout jamais: le cachalot comprend ce que ces deux hommes essaient de faire. L'animal évite alors le petit bateau et meurt quelques secondes plus tard, une nouvelle fois harponné. Paul fait alors le vœu de défendre les créatures marines pendant le reste de sa vie.

Paul Watson devant un navire-harpon soviétique

 

 

En 1976, Paul tint à nouveau le poste de premier officier sur le Greenpeace V, anciennement James Bay, démineur canadien. Une fois encore, l’équipage dû affronter la flotte baleinière soviétique, mais cette fois au nord d'Hawaï.

Juste après cette campagne, Paul et David Garrick organisèrent la première expédition pour protéger les HARP & HOOD phoques, sur la côte est du Canada. Paul et Robert Hunter parvinrent à arrêter un navire partant à la chasse en se tenant debout sur la banquise juste sur sa trajectoire.

Le compte-rendu de Paul sur cette campagne parut dans le Georgia Straight Newspaper, avec pour titre "Shepherds of the Labrador Front". C’est cet article qui inspira le nom Sea Shepherd quelques années plus tard.

En 1977, Paul conduisit la deuxième campagne de Greenpeace contre la chasse aux phoques. Il amena Brigitte Bardot sur la banquise, au large des côtes du Labrador, pour attirer l’attention de la communauté internationale sur le massacre des phoques.

Quelques jours plus tard, dans une volonté de mettre un terme aux opérations de chasse, Watson s'attacha à un tas de fourrures de phoques relié au bateau par un cordage. Quand les chasseurs le virent faire, ils le traînèrent, lui et le tas de fourrures, dans l'eau glacée et le cognèrent fortement contre la coque de leur navire. Ils le plongèrent ensuite dans les eaux glacées à plusieurs reprises. Ses membres s'engourdirent et il perdit connaissance. Finalement, quand les officiers du Ministère de la Pêche arrivèrent sur place, il fut fermement attaché à bord du navire et les chasseurs l'étouffèrent presque en lui écrasant de la viande de phoque sur la figure et en le malmenant sur le pont du navire au milieu de la graisse et le sang des phoques.

En juin 1977, Paul quitta la Fondation Greenpeace, ne se trouvant pas à sa place dans la structure bureaucratique émergeante. Patrick Moore avait remplacé Robert Hunter et, opposé aux actions sur le terrain, il interdit toute nouvelle campagne contre la chasse aux phoques à Paul.

Paul quitta Greenpeace, car, d’une part, il sentit que les objectifs premiers de l’organisation commençaient à faire l’objet de compromis et, d’autre part, il considéra qu’il était vital de continuer le travail sur le terrain, à savoir faire respecter les lois de conservation et de protection de la vie marine en haute mer.

Par conséquent, la même année, Paul Watson créa Sea Shepherd Conservation Society, organisation dédiée à la recherche, à l’investigation et à l’application des règles de droits adoptées pour protéger la vie marine. En décembre 1978, avec l’aide du Fund for Animals, Paul acheta, en Grande-Bretagne, un chalutier de l’Atlantique Nord. Il en fit le Sea Shepherd, outil servant à faire respecter le droit international en mer.

 

Le premier voyage du Sea Shepherd fut en Mars 1979, à destination du Golfe du Saint-Laurent sur la côte Est du Canada, pour documenter la chasse au phoque en utilisant des stratégies d'action directe pour sauver les bébés phoques. Le reste de cette année fut dédiée à la poursuite et au sabotage du tristement célèbre baleinier pirate, le Sierra.


Les deux seuls membres d'équipage qui décidèrent
de rester à bord du Sea Shepherd avec Paul -
Peter Woof (à gauche) et Jerry Doran.

Pour continuer à lire les exploits de Watson et de ses compagnons, cliquez ici - L'histoire continue avec de plus amples détails sur la création de Sea Shepherd et de ses deux premières importantes campagnes.

Activisme

Tout au long de ces années, Paul fut toujours sur tous les fronts de l’activisme. Ainsi, en plus d’être co-fondateur de Greenpeace en 1972, de Greenpeace International en 1979 et de Sea Shepherd en 1977, Paul fut correspondant de terrain pour les Defenders of Wildlife, entre 1976 et 1980, et pour le Fund for Animals, entre 1978 et 1981. Il fut représentant de la Royal Society for the Protection of Animals en 1979. Il co-fonda les Friends of the Wolf en 1984 et la Earthforce Environmental Society en 1977. Son premier rattachement au Sierra Club date de 1968. Il en est un des Directeurs jusqu’en 2006.

Éducation and Représentations Publiques

Paul obtint un diplôme de spécialisation en communications et linguistiques à l’Université Simon Fraser, en Colombie-Britannique. Il a tenu de nombreuses conférences dans des universités du monde entier. Il fut professeur d’écologie à la faculté de design de Pasadena, entre 1990 et 1994, et instructeur lors des Honors Program de UCLA en 1998 et 1999. Aujourd’hui, Paul fait partie des orateurs du William Morris Endeavor Entertainment (WME), il donne fréquemment des conférences dans les facultés et les universités américaines, ainsi qu’en nombre d’endroits du monde.

Politique

Sur le plan politique, Paul Watson a été candidat au poste de Membre du Parlement de Vancouver Centre, dans les élections fédérales canadiennes. Il y représenta deux fois le parti des Verts. Il représenta aussi les Verts aux élections du Conseil des Parcs de Vancouver en 1987, et pour la Mairie de Vancouver en 1995.

Récompenses

Paul a reçu beaucoup de récompenses au fil des ans. En 1996, Paul a reçu la citoyenneté d’honneur de la ville française de St Jean Cap-Ferrat, et précédemment, il avait été fait citoyen d’honneur de la ville des Keys en Floride en 1989. D’autres récompenses lui ont été accordées, "Ecologiste de l’année" par la télévision de la Ville de Toronto en 1990, la distinction "Genesis" en 1998, et il fut listé au Panthéon américain des droits des animaux en 2002. Il reçut aussi la distinction "George. H. Bush Daily points of Light Award" en 1999 pour ses efforts en matière de préservation de l’environnement. Il fut choisi par Time Magazine comme étant l’un des héros écologistes du XXe siècle en 2000.

Publications

Paul Watson est un auteur prolifique. Ses ouvrages sont : Shepherds of the sea* (1979), Sea Shepherd : my fight for Whales and Seals* (1982), Cry Wolf* (1985), Earthforce! (1993), Ocean Warrior (1994), et Seal Wars (2002).

* Ces ouvrages sont aujourd’hui épuisés et ne peuvent être trouvés que via des services de re-vente de livres.

Personnel

Paul a une enfant, Lilliolani Paula Lum Watson, née en 1980 ("Lani" est sur la photo ci-dessous à 1 an avec sa maman Starlet Melody Lum).

Engagement

Watson a été Capitaine au Long Cours depuis 1978 sur sept différents navires de l'association. Il et continue à diriger les Campagnes de Sea Shepherd afin de protéger la vie sauvage dans les océans du monde – En savoir plus sur l'Historique de Sea Shepherd.

 

Sea Shepherd France
22 rue Boulard, 75014 PARIS

All contents copyright ©2012 Sea Shepherd Conservation Society
Hosting and other web services donated by EStreet

Accueil     |     Déclaration de Confidentialité     |     Copyright     |     Contact