Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

Hécatombe de dauphins : Sea Shepherd mobilise le Sam Simon sur l’opération Dolphin Bycatch

Mardi 19 février 2019

Le navire Sam Simon, vient de rejoindre les moyens maritimes de Sea Shepherd déjà déployés depuis le 11 Février sur les zones de captures des dauphins au large de la Vendée, Charente Maritime, Gironde, dans le Golfe de Gascogne. Vétéran de plusieurs missions anti chasse baleinière en Antarctique, le Sam Simon est un ancien navire de la flotte baleinière japonaise reconverti par Sea Shepherd en défenseur de la vie marine.

En France, ce sont 600 dauphins qui sont venus s’échouer sur les plages ces six dernières semaines. Ces échouages ne sont que la face émergée d’un carnage encore plus important puisque plus de 80% des cadavres, souvent éventrés, coulent en mer. Pour la plupart, les corps qui arrivent sont mutilés, nageoire caudale sectionnée, marques de gaffe, entailles profondes, rostres cassés... Les dauphins sont victimes de bateaux de pêche non sélectifs qui sévissent dans cette zone où ils hivernent. Les navires responsables (chalutiers, senneurs danois, fileyeurs...) ciblent principalement les bars et les merlus dont les consommateurs français sont friands. D’autres navires, français et étrangers pratiquant la pêche minotière plus au large pour le surimi et les farines de poisson sont également pointés du doigt par les scientifiques. Nous sommes confrontés à une politique des pêches aberrante qui autorise des engins de capture extrêmement destructeurs et non sélectifs sur des zones sensibles, en pleine période de reproduction des bars et en présence d’espèces protégées et particulièrement vulnérables à la prédation, comme les dauphins.

« Nous sommes fatigués de voir que depuis des années les alertes des scientifiques restent lettre morte. Devant l’indifférence des Comités des Pêches et du Ministère qui font semblant de plancher sur le problème depuis 20 ans, nous avons décidé de patrouiller la zone nuit et jour » déclare Lamya Essemlali, Présidente de Sea Shepherd France et responsable de l’opération Dolphin Bycatch.

« Nous braquerons les projecteurs sur l’extermination silencieuse des dauphins au large de nos côtes afin de mettre enfin, pêcheurs, politiques et consommateurs, face à leurs responsabilités » - poursuit-elle.

photo : Sea Shepherdphoto : Sea Shepherdphoto : Sea Shepherdphoto : Sea Shepherdphoto : Sea Shepherd

Sam Simon et premières patrouilles le week-end du 16 et 17 Février. Chalutiers basés aux Sable d'Olonne pêchant seuls et par paire (Crédit Photos : Tara Lambourne/ Sea Shepherd).