Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

Opération Dolphin Bycatch : Premières images de dauphins pris au piège de chalutiers

Jeudi 21 février 2019

Dans la nuit de mardi à mercredi, Sea Shepherd a pu rapporter comme l’année dernière à la même époque, les images de dauphins pris au piège de filets de pêche dans le Golfe de Gascogne. Cette fois encore, ce sont deux chalutiers pêchant en bœuf (par paire) qui ont remonté deux dauphins morts dans leur filet. Les deux chalutiers ciblant principalement le bar, sont rattachés au port de Boulogne-Etaples et de Concarneau.

Ces deux dauphins viennent s’ajouter aux 600 autres - souvent mutilés - retrouvés sur les plages françaises ces 6 dernières semaines. Si ce chiffre semble énorme, il est pourtant bien en deçà de l’ampleur réelle du carnage en cours. En effet, l’observatoire scientifique Pélagis estime que 80% des dauphins tués coulent en mer et n’atteignent jamais le rivage.

« Au cours de nos patrouilles, nous croisons tous les jours de nombreux dauphins sur cette zone particulièrement sensible » déclare Lamya Essemlali, Présidente de Sea Shepherd France et responsable de l’opération. « Les dauphins évoluent sur les frayères de bars au milieu des nombreux chalutiers, senneurs danois et fileyeurs qui ratissent la zone - ce qui est déjà une aberration en soi - avec des techniques de pêche connues pour faire un carnage sur les mammifères marins. Toutes ces captures n’ont donc rien d’accidentelles. Elles sont prévisibles, quasi systématiques et acceptées comme telles. Il est donc plus qu’urgent que les consommateurs demandent des comptes sur la provenance du poisson qu’ils ont dans leur assiette » conclut-elle.

photo : Tara Lambourne / Sea Shepherdphoto : Tara Lambourne / Sea Shepherdphoto : Tara Lambourne / Sea Shepherdphoto : Tara Lambourne / Sea Shepherdphoto : Tara Lambourne / Sea Shepherdphoto : Tara Lambourne / Sea Shepherd

photo : Tara Lambourne / Sea Shepherd