Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

DEUX PHOQUES DÉCAPITÉS À CONCARNEAU : les coupables ont été identifiés !!

Vendredi 10 mai 2019

Photo : deux phoques dans la région de Calais. 
Crédit photo: Notre partenaire Centre de Soins de la Faune Sauvage LPA de CalaisPhoto : deux phoques dans la région de Calais
Crédit photo: Notre partenaire Centre de Soins de la Faune Sauvage LPA de Calais

Dans un communiqué envoyé hier, la gendarmerie de Concarneau déclare :

"L'appel à témoin relayé par les médias ainsi que la promesse de récompense faite par l'ONG "Sea Shepherd" ont été déterminants pour identifier les personnes contre lesquelles il existe un faisceau de présomptions les mettant en cause dans les faits de "- Capture non déclarée, transport et destruction non autorisée d'espèce animale non domestique protégée."

L'article L-415-3 du code de l'environnement prévoit jusqu'à 2 ans de prison ferme et 150 000 euros d'amende. Sea Shepherd a déposé plainte et nous espérons une peine exemplaire et dissuasive. Il faut faire cesser l'impunité ambiante qui règne autour de ces actes de barbarie et d'atteinte aux espèces protégées. La question des "sévices graves" se pose également à nos yeux.

Pour rappel, notre récompense pour le cas toujours non élucidé du phoque tué au Touquet l'année dernière tient toujours.