Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

Coronavirus : confinement pour les navires-usines

Mardi, 24 mars 2020

L'État doit interdire les eaux françaises aux navires usines qui pêchent dans le Golfe de Gascogne pendant le confinement.

La France est à l'arrêt. Ne sont censés rester ouverts que les commerces de "première nécessité" et pourtant l'océan reste livré au pillage.

Des centaines de bateaux de pêche qui traquent habituellement les poissons pour les vendre frais aux criées sont contraints de rester à quai (faute de clients). Cela représente des dizaines de milliers de kilomètres de filets posés chaque jour qui ne captureront pas de poissons ni de dauphins le temps du confinement. Un peu de répit pour l'océan, donc.

En revanche, les navires-usines qui partent des semaines en mer et qui congèlent leurs captures pour les plats préparés, le surimi, les farines animales, les poissons d'élevage et les croquettes pour animaux, eux, ne sont pas limités par ces contraintes.

En pleine période de confinement généralisé, quatre navires-usines qui ont depuis longtemps trouvé leurs aises dans les eaux françaises, opèrent actuellement dans le Golfe de Gascogne, au large de Royan.

  • Le Frank BONEFAAS 119 m (Anglais)
  • Le PRINS BERNHARD 88 m (Français)
  • Le Annie HILLINA 86 m (Allemand)
  • Le SANDETTIE 86 m (Français)

Ces navires sont de véritables abattoirs industriels flottants qui peuvent pêcher jusqu'à 250 tonnes de poissons par jour et qui devraient être interdits en tous temps. Non seulement ce n'est pas le cas, mais même en période de confinement, alors que des milliers d'autres sont contraints et forcés de ranger leurs filets, ces monstres-là continuent de saccager l'océan.

L'État doit prendre ses responsabilités et faire interdire les navires-usines dans les eaux françaises, a minima pendant la période de confinement. S'il ne le fait pas par conscience écologique, qu'il le fasse au moins par "solidarité nationale" et pour contrevenir à la "rupture d'égalité" avec les navires qui pêchent habituellement le poisson frais. L'intention diffère grandement mais les poissons et les dauphins épargnés grâce à cette mesure ne verront pas la différence.

 

SIGNEZ ET PARTAGEZ NOTRE PÉTITION.
MERCI !!