Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

Covid 19 : la deuxième vague est faite de plastique

Lundi, 11 Mai 2020

Covid 19 : la deuxième vague est faite de plastique

Depuis plusieurs semaines, certains médias partagent l’inquiétude des associations environnementales en Asie suite à la découverte de nombreux masques jetables sur les plages de Hong Kong.

Aujourd’hui cette inquiétude gagne la France. Gants, masques, tubes de gel hydroalcoolique, emballages… Nous avons déjà observé ces nouveaux déchets depuis quelques jours dans les rues de l’hexagone.

La crise sanitaire est en passe d’aggraver la pollution plastique omniprésente. Les scientifiques alertent déjà sur le fait qu'au rythme où vont la pêche et la pollution, d'ici 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans l'océan.

Équipements de protection individuelle, suremballage des denrées alimentaires dans les grandes surfaces ou pour la vente à emporter… Dans l’urgence, la production d’emballages et d’objets jetables à usage unique s’est accélérée et cela ne sera pas sans conséquence pour la nature.

Voilà qui fait le bonheur des industriels du plastique qui s’affichent ouvertement comme les professionnels de l’hygiène, se plaçant en partenaires de choix dans la lutte contre le covid-19 et allant même jusqu’à adresser une lettre ouverte à l’Union Européenne le 8 avril dernier demandant de retarder la mise en œuvre des récentes lois visant à interdire certains objets à usage unique. L’argument de l’EuPC (la confédération Européenne de la plasturgie) est ahurissant « Le report de la mise en œuvre donnera à tous les états membres de l’UE plus de temps pour se concentrer sur des mesures plus urgentes dans la lutte contre le Covid19 ».
(lien vers la lettre ouverte - en anglais - https://pieweb.plasteurope.com/members/pdf/p244923b.PDF)

Le plastique ne protège pas du Covid19. Les experts sanitaires sont formels sur le sujet et assurent que les emballages ne constituent pas des gestes barrières contre le virus dans la mesure où ils sont eux même manipulés. S’il est compliqué de boycotter les masques, gants et autres équipements de protection pour des raisons évidentes, il est en revanche de notre responsabilité de faire en sorte que ces déchets ne se retrouvent pas dans la nature. Ne laissons pas les fleuves, les rivières, les océans et les animaux sauvages qui y vivent, payer le prix fort une fois de plus.