Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

Scombrus : Une malédiction pour l'océan est « bénie » aujourd’hui à Concarneau

Vendredi, 25 Septembre 2020

Lodin Johaness / MarineTraffic.comLe Scombrus, chalutier géant de la société France Pélagique

Le Scombrus, chalutier géant de la société France Pélagique, filiale de Cornelis Vrolijk, un mastodonte de la pêche néerlandaise est baptisé aujourd'hui à Concarneau.

Capable de capturer à lui seul jusqu'à 200 tonnes de poissons par jour, il est, en soi la démonstration que les autorités françaises n'ont toujours pas saisi l'urgence de réformer profondément le secteur de la pêche, en surcapacité par rapport à ce que peut endurer l'écosystème marin. Il est primordial d'interdire les diverses méthodes de pêche non sélectives, particulièrement sur les zones sensibles, et notamment sur les zones habitat des dauphins tel que le Golfe de Gascogne. L'inauguration de ce navire envoie un très mauvais signal qui a de quoi susciter toutes les inquiétudes.

La surpêche est devenue la plus grosse menace qui pèse sur la survie de l’océan (devant la pollution et le changement climatique).

Dans un contexte global et où l’opacité règne sur l’impact des diverses pêcheries, il parait inconcevable de continuer à autoriser la mise à l’eau de tels navires-usines dont la nocivité n’est plus à démontrerLamya Essemlali, Présidente de Sea Shepherd France

Sea Shepherd, actuellement en mission de surveillance des pêcheries en Bretagne pour documenter les captures de dauphins en zone côtière par les bateaux « artisanaux », plaide pour l’interdiction pure et simple de navires de pêche de l’envergure du Scombrus et une meilleure surveillance globale des bateaux de pêche, toutes tailles confondues. Une surveillance particulièrement urgente et nécessaire dès lors que les techniques employées entrainent des captures non sélectives, notamment de prédateurs marins à l’instar des dauphins et des requins, très vulnérables à la surpêche.

L’opacité, voir l’omerta qui perdure depuis des décennies sur l’impact de la pêche sur la vie marine profite aux pires pratiques. Cette complaisance coupable récompense tous ceux qui trichent ou qui sont dans l’excès et réduit à néant tous les efforts de conservation et de protection des espèces marines qui peuvent être faits par ailleurs.

Nous invitons les citoyens consommateurs à reconsidérer leurs choix alimentaires. La consommation de poisson a doublé en France et dans le monde ces 50 dernières années. La surpêche qui détruit l’océan ne perdure que parce qu’en bout de chaîne, la demande existe.